Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fermeture de Schneider Electric à Fabrègues : les salariés sont écœurés .

mardi 13 février 2018 à 16:57 Par Pascale Viktory, France Bleu Hérault

La direction locale de Schneider Electric à Fabrègues a confirmé ce mardi aux cinquante quatre derniers salariés la fermeture du site et leur licenciement d'ici la fin de l'année .

Schneider Electric, Fabrègues
Schneider Electric, Fabrègues © Radio France - Pascale Viktory

Fabrègues, France

Les 54 derniers employés de l'usine Schneider Electric de Fabrègues ont quitté leur travail à la mi journée ce mardi ,un départ autorisé par la direction locale après qu'elle leur ait confirmé lors d'une réunion leur licenciement , une première partie avant l'été et la fermeture du site à la fin de l' année 2018 .

"Honnêtement , ça fait très mal , parce qu'on était peu nombreux et qu'on aurait pu continuer à travailler"

Ce sont donc des ouvriers visage fermés qui ont quitté l'usine . Hormis quelques postes administratifs dans les bureaux , ce ne sont que des hommes , la plupart  ont entre  40 et 55 ans , et plus de vingt ans de boite .

ils ont connu les années 90/2000 quand  le site de Fabrègues appartenant alors à Areva tournait à plein régime ,en 3/8 avec 350 personnes ...

   - Radio France
© Radio France - Pascale Viktory

"Depuis le rachat du site de Fabrègues par Schneider Electric en 2010, on s'en doutait , réagit Ludo, 28 ans d'ancienneté ,"on était leur principal concurrent, ils nous ont racheté pour mieux nous écraser." Laurent, ouvrier sur le site depuis 94 ajoute "dès qu'on est passé chez Schneider, ils ont commencé à enlever des moules , une partie de notre outil de travail , tout notre savoir faire, alors après pas difficile de dire qu'on n'était pas rentable ."  

" C"est un écœurement total" Laurent, employé à Fabrègues depuis 1994

Ludo et Laurent envisagent leur avenir avec beaucoup d’inquiétude . "_28 ans de coulée de béton à l'extérieur,_explique Ludo, "j'y ai laissé ma santé, ma femme est en invalidité, on a encore deux enfants à la maison , je touche 1000 euros par mois , elle 400 euros , j'ai 50 ans, je vais faire quoi, un peu d'intérim , ils nous parlent de formation, formation pour faire quoi ? " et Ludo préfère arrêter là " je rentre à la maison, parce que le moral pour travailler , il n'y est pas, il n'y est plus."

" Maintenant à 50 ans , je vais faire quoi?"Ludo, 28ans de coulée de béton