Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fermeture de Valécrin : "On ne veut pas perdre ce fleuron local"

-
Par , , France Bleu Isère
Le Perier, France

Un licenciement du jour au lendemain. C'est ce que vont vivre les salariés de Valécrin. Le groupe Ogeu, propriétaire de l'unique société d'embouteillage d'eau de l'Isère, a décidé de se séparer des huit employés de l'usine le 20 février. L'un d'entre eux témoigne.

Valécrin
Valécrin © Radio France

Après le choc, l'incompréhension. Ce salarié de Valécrin est déboussolé, après l'annonce de son licenciement. Comme ses sept collègues, il sera reçu en entretien individuel dans la journée du 21 février. "On attend des réponses, pourquoi exactement ?", se désole-t-il. "On veut aussi des garanties sur l'avenir. Que va devenir le site ? On ne veut pas perdre ce fleuron local."

Son souhait ? Que l'usine située sur le plateau de la Matheysine perdure "avec des gens sérieux qui veulent en faire quelque chose". "On a une eau de très bonne qualité, on a un forage en bordure du parc des Écrins", avance cet employé de Valécrin. "On ne comprend pourquoi on abandonnerait tout ça."

L'une des raisons possible est la viabilité économique du site, qui produit un million de bouteilles par mois. "On travaille bien, il n'y a pas de problème de ce côté", explique le salarié. "Mais il y a pas mal de travaux à faire sur le site pour en faire une usine de production viable. Depuis le rachat par le groupe Ogeu [en 2017], il y a énormément d'investissements qui ont été faits. Encore une fois, on ne comprend pas pourquoi on arrête tout ça et on s'en va." Plus d'un million d'euros ont été investis sur le site en trois ans.

Le groupe Ogeu se refuse à tout commentaire. L'usine sera conservée, mais mise en sommeil durant un an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu