Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fermeture des bars à 21h dans le Calvados : cette fois, les patrons espèrent être aidés financièrement

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Pas encore de couvre feu dans le Calvados, mais les bars doivent baisser le rideau à 21 heures à compter de ce samedi. Les patrons se désolent de perdre les trois meilleures heures de leur service. Ils appellent l'Etat à l'aide et pas seulement sous la forme d'un prêt garanti.

Marco, le patron de la Rumba, bar de la rue Ecuyère à Caen, espère qu'au moins cette fois ci l'Etat leur viendra en aide.
Marco, le patron de la Rumba, bar de la rue Ecuyère à Caen, espère qu'au moins cette fois ci l'Etat leur viendra en aide. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

La cloche va sonner beaucoup plus tôt que d'habitude dans tous les bars du Calvados ce samedi soir. A 21 heures, ils devront avoir baissé le rideau. C'est l'une des conséquences des mesures prises ce vendredi par le préfet du Calvados pour tenter de contrôler l'épidémie de Covid 19. Les indicateurs sanitaires - taux d'incidence et taux d'occupation des lits de réanimation - n'obligent pas encore à instaurer un couvre feu, mais des mesures graduées. Ainsi les restaurants eux devront certes accueillir leurs derniers clients à 22 heures, mais pourront continuer à les servir ensuite. Alors pour les bars, c'est la douche froide.

Les patrons de bars ont le sentiment d'être les boucs émissaires

Le préfet du Calvados ne s'en cache pas. "Ces lieux de convivialité, où l'on tombe le masque pour boire un verre, sont propices aux contaminations" estime Philippe Court. "Certes" répond Thierry le patron du Vertigo situé rue Ecuyère à Caen, mais il ne veut pas être le seul pointé du doigt. "A mon avis, ce serait plutôt dans les facs que les gens se sont contaminés, dans des amphis surchargés. Ça aurait peut-être pu être évité si on avait échelonné, décalé les rentrées... Donc maintenant, nous on doit fermer alors qu'on a respecté ce qu'on nous disait". Un protocole sanitaire strict avec la réduction des jauges de 30%, un mètre de distance entre chaque groupe et pas plus de six personnes par table. 

Du côté des clients, c'est le coup de massue

"Ici on vient se détendre, entre amis après le travail. Là ceux qui finissent tard n'auront plus cette possibilité. Sachant qu'en plus les soirées privées à plus de six sont interdites, ça va être l'enfer". Ronan, attablé avec des amis

Des conséquences financières lourdes pour les bars

Un peu plus haut dans la rue Ecuyère, Marco le patron de la Rumba espère être aidé. "Pas comme la première fois où on nous a lâchement abandonnés, sans aucune aide. On a plombé la trésorerie, on a réussi à la refaire tant bien que mal. Mais là on espère qu'on va nous aider au moins à payer le loyer... et à vivre un peu quoi !" Sachant que beaucoup ont souscrit au prêt garanti par l'Etat renchérit Thierry du Vertigo. "On est endetté et on va encore perdre du chiffre. On espère passer l'hiver." S'ajoute à cela la fin probable des extensions de terrasses au 31 octobre 2020. Elles avaient été accordées exceptionnellement pour compenser les pertes liées au confinement. "Là ce serait le coup de grâce..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess