Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fermeture des commerces de proximité, télétravail... le Medef 53 ne comprend pas les mesures du gouvernement

-
Par , France Bleu Mayenne

Au premier jour du deuxième confinement, les représentants mayennais du patronat ont montré leur opposition aux actuelles mesures gouvernementales.

Eric Hunaut (à droite), le président du Medef 53 et Bruno Rigouin, le président de l'UINM Mayenne.
Eric Hunaut (à droite), le président du Medef 53 et Bruno Rigouin, le président de l'UINM Mayenne. © Radio France - Gildas Menguy

Pour le président du Medef 53, Eric Hunaut, il faut sauver les entreprises et défendre l'économie. Et pour le chef d'entreprise, les mesures prises par le gouvernement pour tenter d'enrayer la circulation du coronavirus ne vont pas dans le bon sens.

Il y a d'abord la question du télétravail. Le Medef s'insurge contre le fait d'imposer cette solution aux entreprises. Pour Eric Hunaut : "le télétravail est un outil mais qui ne doit pas opposer les gens dans l'entreprise. On demande à ce que cela puisse être laissé à l'interprétation du chef d'entreprise de pouvoir décider comment il s'organise à l'intérieur de son entreprise pour mettre en place ou pas le télétravail. Mais que la règle, cela soit 100% de télétravail, ce n'est pas acceptable !"

Et puis, le Medef ne comprend pas les décisions du gouvernement concernant la fermeture de certains commerces comme les boutiques de centre-ville et de centre-bourg. Eric Hunaut s'interroge : "pourquoi aujourd'hui dans les grandes surfaces, tout est possible d'être acheté et eux qui doivent défendre leur entreprise, on leur demande d'être complètement fermé. On estime que les commerçants avaient pris des mesures nécessaires et suffisantes pour pouvoir assurer la protection. Ils auraient compris d'avoir plus de contraintes mais pas d'être fermé car la deuxième vague sera encore plus difficile à supporter que la première."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess