Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Fermeture des discothèques : à Biarritz les propriétaires sont "écœurés"

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Dans la nuit de vendredi à samedi, Matignon a fait plusieurs annonces de réouverture et de reprise d'activité dans le cadre du déconfinement. Coup de massue pour les discothèques qui devront rester fermées tout l'été. Les gérants de ces entreprises à Biarritz accusent le coup.

 Anthony Sincholle, gérant du Caveau, et Gaëlle O'Meyer, co-gérante du Duplex ne comprennent pas la décision de maintenir les boites de nuit fermées tout l'été
Anthony Sincholle, gérant du Caveau, et Gaëlle O'Meyer, co-gérante du Duplex ne comprennent pas la décision de maintenir les boites de nuit fermées tout l'été © Radio France - Anthony Michel

Grosse désillusion pour les propriétaires de boites de nuit. Dans un communiqué, Matignon a annoncé plusieurs mesures dans le cadre du déconfinement. Ce lundi les cinémas peuvent rouvrir, ainsi que les centres de vacances, les casinos et les salles de jeux, pour les stades ça sera à partir du 11 juillet. En revanche, les discothèques ne pourront pas rouvrir avant septembre minimum en fonction de l'évolution de la situation.

Les quatre discothèques que compte Biarritz devront donc rester fermées.  Une incompréhension pour Anthony Sincholle, gérant du Caveau: "je suis écoeuré, _je ne comprends pas pourquoi tous les autres corps de métiers peuvent rouvrir et nous ,on nous laisse sur le bord de la route_". Anthony Sincholle qui se dit prêt à mettre en place toute mesure sanitaire préconisée par le gouvernement pour pouvoir réouvrir. "Les gens aujourd'hui se remettent à vivre normalement, les gens ont envie de sortir, de s'amuser, de se retrouver et de danser"

"On a l'impression de ne pas être pris au sérieux", déplore Anthony Sincholle, propriétaire du Caveau

Faute de pouvoir ouvrir, le gérant en appelle à l'aide financière de l'état. "L'année dernière on a eu le G7, j'ai perdu 100 000 euros, j'ai été indemnisé à hauteur de 10%, maintenant le COVID, on se retrouve dans des situations, j'ai pas de planches à billets dans le sous-sol de mon établissement, j'ai payé le complément de salaire (84% en chômage partiel payé par l'état) à mes employés, mais, maintenant, _je ne peux plus le faire, je n'ai plus les moyens de le faire_", déplore Anthony Sincholle.

Coup dur aussi au Duplex où l'été ce sont 28 personnes travaillent. "Une saison estivale à zéro, ça équivaut à une perte de 70% de mon chiffre d'affaire annuel", calcule Gaëlle O'Meyer, co-gérante avec son mari du Duplex.

Outre cette saison, Gaëlle O'Meyer se pose des questions pour la suite. "Le public va peut être changer de manière de s'amuser, là, c'est un amusement libre, si nous l'année prochaine, on doit leur imposer des règles, après un an à faire la fête à la maison, dehors sans cadre, pour rediscipliner tout ça, ça va peut être être difficile !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu