Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement des commerces : pour Olivier Dauvers, le "fermer tous sauf un" n'est pas défendable

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le spécialiste de la grande distribution Olivier Dauvers estime que la grande distribution ne devrait pas vraiment souffrir de la fermeture des rayons de produits non-essentiels. Moins que les commerces déjà fermés. Selon lui, le gouvernement n'a pas d'autre choix que de revoir sa stratégie.

Un rayon livre fermé dans un hypermaché de Narbonne (illustration).
Un rayon livre fermé dans un hypermaché de Narbonne (illustration). © Maxppp - PHILIPPE LEBLANC

La grande distribution va-t-elle souffrir de la fermeture à partir de mercredi des rayons livres, jouets ou fleurs ? Non, répond Olivier Dauvers. Le spécialiste de la grande distribution explique que ces rayons, "ça va représenter, même si on n'a pas encore bien le périmètre des produits concernés, 10,15, _maximum 20% de son chiffre d'affaire_"

Olivier Dauvers estime que la stratégie du gouvernement pour le reconfinement des commerces n'est pas défendable

L'alimentaire reste en effet majoritaire dans les ventes en supermarché et hypermarché, "et _une part du non-alimentaire va rester ouverte, comme la papeterie_", ajoute Olivier Dauvers. Pour lui, les grands perdants restent "les autres commerçants qui demandaient une forme d'équité entre eux et les grandes surfaces et qui ont obtenu non pas eux d'ouvrir, mais de voir ceux qu'ils considèrent être leurs concurrents comme fermés, et le grand gagnant en face est évidemment le e-commerce"

Des achats sur rendez-vous en magasin ?

Cette stratégie du "fermer tout le monde sauf un", comme la résume le spécialiste de la grande distribution, est à ses yeux "ubuesque et non défendable", aussi bien sur un plan économique que sanitaire, avec dit-il, le risque de concentrer encore plus de clientèle dans certains magasins. Olivier Dauvers est d'ailleurs persuadé que le gouvernement va revoir sa copie d'ici la mi-novembre. Et que les commerçants pourront reprendre une activité s'ils font des propositions de protocole sanitaire encore plus strict, par exemple avec la prise de rendez-vous pour faire ses achats en magasin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess