Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Suppressions d'emplois chez FerroPem en Isère et en Savoie : la direction du groupe se justifie

Fin mars, le groupe Ferroglobe annonçait la "mise sous cocon" de l'usine de Livet-et-Gavet (Isère) et du site de Château-Feuillet (Savoie), mettant en péril 350 postes. L'entreprise explique sa décision par une forte baisse de son chiffre d'affaire et une concurrence internationale accrue.

L'usine des Clavaux en Isère
L'usine des Clavaux en Isère © Radio France - Lionel Cariou

Fin mars 2021, le groupe Ferroglobe, fabricant de silicium, annonçait la fermeture de deux de ses six sites Ferropem en France : l'usine des Clavaux à Livet-et-Gavet en Isère et le site de Château-Feuillet en Savoie, menaçant les emplois de 350 personnes.  Jusqu'à présent silencieuse, la direction a accepté de répondre à France Bleu Isère pour justifier sa décision.

74 millions d'euros de perte de chiffre d'affaire 

Alors que les salariés isérois, qui ont manifesté à plusieurs reprises pour dire leur colère et incompréhension, estiment que leur usine est rentable et compétitive, le fabricant de silicium évoque de son côté une grosse perte de chiffre d'affaire, de l'ordre de 74 millions d'euros ces deux dernières années, "pour un chiffre d'affaire moyen de 327 millions d'euros", précise-t-elle. 

"Ce n'est pas viable et ne permet d'envisager aucune pérennité pour Ferroglobe en France et pour les près de 1000 salariés basés sur nos six sites industriels", ajoute la direction.  La fermeture des usines des Clavaux en Isère (129 postes) et de Château-Feuillet en Savoie (221 postes) intervient pour permettre aux quatre autres sites français de poursuivre leur activité, d'être "maintenus et renforcés". 

Une concurrence internationale et un coût énergétique trop importants

La deuxième raison de ces fermetures est à chercher du côté de la concurrence à l'étranger et du coût de production en France, jugés trop élevés. "Le site des Clavaux est dépendant de son client principal historique qui représente 75% des volumes produits sur ces dernières années, et qui a choisi de se désengager en 2020, nos coûts de production n'étant pas assez compétitifs", justifie le fabricant de silicium. Par ailleurs, l'entreprise n'est plus assez compétitive face à l'étranger au vu du "coût de l'énergie en France qui va fortement augmenter pour tous les sites de FerroPem". 

La solution d'un repreneur toujours sur la table

La direction assure dialoguer avec les représentants du personnel et syndicaux régulièrement et dit avoir "parfaitement conscience de l'impact social et humain pour ses salariés mais aussi pour les territoires". FerroPem proposera "un accompagnement et des mesures sociales de qualité pour un retour à l'emploi rapide de tous les salariés". Une procédure de recherche d'un repreneur est en cours et prévue par le projet de restructuration de l'entreprise et pourrait permettre de sauver les emplois des sites isérois et savoyard.          Le 1er mai, les salariés des deux sites avaient manifesté pour défendre leurs emplois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess