Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux réacteurs nucléaires devraient fermer à la centrale de Dampierre-en-Burly (Loiret) d'ici 2035

-
Par , , France Bleu Orléans

Deux réacteurs (sur quatre) devraient fermer d'ici 2035 à la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, près de Gien, dans le Loiret. En tout cas, ils font partie d'une liste de quatorze réacteurs, transmise au gouvernement par EDF. La centrale de Dampierre (1300 salariés directs) a quarante ans.

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret), en 2014
Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret), en 2014 © Radio France - David Becus

Le gouvernement a ouvert, lundi, à la consultation publique son projet de feuille de route énergétique pour la France d'ici 2028. Et dans ce texte, on lit que "EDF a proposé au gouvernement d'étudier la mise à l'arrêt de paires de réacteurs sur les sites de Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines et Tricastin"

Soit une liste de quatorze réacteurs qu'EDF fermera d'ici 2035. Sont concernés : les sites de Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Gravelines, Tricastin et Dampierre-en-Burly (près de Gien, dans le Loiret). Il faut rajouter les deux de la centrale de Fessenheim qui doivent s'arrêter cette année.

EDF ne confirme pas

"A ce jour, EDF n’a pas défini la liste précise des réacteurs qui seraient définitivement arrêtés", assure-t-on à la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly. Mais on le sait, la loi de transition énergétique fixe à 50% la part de l’énergie nucléaire dans le mix électrique français à l’horizon 2035 et l’atteinte de cet objectif passera par la mise à l’arrêt de moyens de production nucléaire. 

Dans ce contexte, "la décision a été prise par l’Etat de ne pas fermer de site, mais de procéder à la mise à l’arrêt de réacteurs par paires, afin d’optimiser (techniquement et économiquement) les futures opérations de démantèlement". Et "les réacteurs de 900 MW comptant plus de deux réacteurs sont concernés par cette disposition", explique la direction de la centrale EDF de Dampierre.

Dampierre, une centrale vieille de 40 ans

Pour les connaisseurs du dossier, le choix de Dampierre, l'une des plus vieilles centrales en France (née en 1980), est sans surprise, d'autant qu'il s'agit de réacteurs de 900 Méga Watt, les plus anciens.  Mais ce site nucléaire fait travailler 1300 salariés d'EDF ainsi que 670 personnels d'entreprises extérieures. D'ici quinze ans, il ne resterait donc que deux réacteurs nucléaires sur le site loirétain.

Alors, quel impact sur l'emploi ?

Mais Alain Cornair, délégué CFDT à Dampierre-en-Burly, estime qu'il n'y a "pas d'inquiétude à avoir" : "c'est une annonce de principe de la part d'EDF. 2035, ça laisse à EDF de voir les choses, via une gestion prévisionnelle des emplois et compétences. Et puis, les personnels seront reclassés, il y a par exemple des centrales EDF à Belleville, dans le Cher, voire à Saint-Laurent-des-Eaux, dans le Loir-et-Cher".

Pour les militants anti-nucléaire, cette décision reste insuffisante. Françoise Pouzet, présidente de l’association « Sortir du nucléaire Berry Puisaye » : "certes, on ne va pas tout fermer d'un coup, mais on aurait aimé avoir la fermeture des autres réacteurs après 2035, on perd beaucoup de temps, on perd beaucoup d'argent et on prend beaucoup de risques aussi. C'est une transition [énergétique] au rabais. 2035, c'est loin, on est qu'en 2020. Nous, on sera rassurés uniquement quand tous les réacteurs nucléaires seront fermés".

Le député LR Claude de Ganay critique cette décision

Sur France Bleu Orléans, ce vendredi, Claude de Ganay, député LR du Loiret, maire de Dampierre de 1995 à 2014, critique "une décision motivée par des motifs idéologiques et électoraux. Et c'est à contre-courant des objectifs de baisse des émissions de CO2 !" et il prévient que cela va "conduire à un renchérissement du coût de l'électricité, et souvenez-vous que le mouvement des gilets jaunes a débuté sur la question du coût de l'énergie : je dis, attention !.

Claude de Ganay, député du Loiret, le 24 janvier 2020
Claude de Ganay, député du Loiret, le 24 janvier 2020 © Radio France - Antoine Denéchère
Choix de la station

À venir dansDanssecondess