Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Fessenheim : les antinucléaires français et allemands s'opposent au projet de technocentre

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Trois mois après la fermeture de la centrale de Fessenheim, des antinucléaires français et allemands s'opposent désormais au technocentre. L'usine de recyclage de composants métalliques radioactifs inquiète les antinucléaires. Les élus soutiennent ce projet.

Vue de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) depuis le grand canal d'Alsace, 12 février 2020.
Vue de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) depuis le grand canal d'Alsace, 12 février 2020. © Radio France - Patrick Genthon

Après la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim au mois de juin. Les antinucléaires français et allemands se mobilisent sur un nouveau dossier : le projet de technocentre. 

EDF souhaite l'installer à côté de la centrale. C'est un centre de décontamination de métaux faiblement radioactifs, ils seront issus du démantèlement des centrales nucléaires, comme par exemple Fessenheim. 32 associations ont écrit au préfet du Haut-Rhin, pour demander un rendez-vous, pour exprimer leur opposition à ce projet. 

Les antinucléaires mobilisés 

Parmi les associations qui se mobilisent, il y a Stop Fessenheim. "Cette industrie génère des poussières, des rejets gazeux, des déchets ultimes. Tout cela s'accumule et EDF prétend que c'est sans danger. C'est absolument faux, c'est comme le nuage de Tchernobyl ! " s'emporte André Hatz, le porte-parole de Stop Fessenheim, qui a écrit aussi à la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. 

André Hatz ajoute que ce technocentre risque de freiner l'installation de nouvelles entreprises, sur le site EcoRhéna qui doit voir le jour dans les années qui viennent, le long du Rhin, entre Colmar et Fessenheim. 

Les élus de Fessenheim soutiennent ce projet 

Ce projet de technocentre, il est soutenu par les élus locaux, à commencer par le maire de Fessenheim, Claude Brender. 150 emplois à la clé, ce n'est pas négligeable, depuis la fermeture de la centrale nucléaire. 

" Les antinucléaires développent des mensonges pour faire capoter ce projet. Il n'y a aucun danger pour personne. C'est un projet de réindustrialisation du site. Il est bon pour le territoire et bon pour l'environnement" argumente le premier édile. 

EDF précise réserver sa réponse pour 2023. Fessenheim est aussi en concurrence avec Tricastin, dans la Drôme. D'ici là, on on attend de nombreuses passes d'armes, entre les opposants et les partisans de cette usine de recyclage de composants métalliques radioactifs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess