Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

VIDÉOS - Fessenheim : près de 50 années de divisions entre anti et pro-nucléaires

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Alsace, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Elsass, France Bleu
Fessenheim, France

Un attentat sur le chantier, et de nombreuses manifestations ont émaillé ces 50 dernières années autour de la centrale nucléaire de Fessenheim. Des divisions qui perdurent alors que Sébastien Le Cornu, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Écologie vient installer un comité de pilotage.

Manifestation en juin 2011 pour réclamer la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim
Manifestation en juin 2011 pour réclamer la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim © Maxppp - PHOTOPQR/L'ALSACE/Thierry Gachon

Sébastien Le Cornu, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Écologie, entame ce jeudi 18 janvier une visite officielle de trois jours à Fessenheim. Il doit installer le comité de pilotage pour la reconversion du site. Depuis 50 ans, anti et pro-nucléaires se divisent sur la question de la centrale nucléaire installée dans le Bas-Rhin.

En 1970, le gouvernement annonce l'installation de la première centrale nucléaire de France. Ce sera sur les bords du Rhin, à Fessenheim dans le Haut-Rhin. L'annonce dès le début, suscite la colère des antinucléaires, notamment des allemands et des suisses, situés juste de l'autre côté de la frontière.

La construction débute en 1971 et la première manifestation est organisée en avril sur le site de la centrale. De nombreux rassemblements auront lieu jusqu'à l'ouverture du premier réacteur en 1977. Le Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la Plaine du Rhin est aujourd'hui encore de toutes les manifestations.

En 1975, alors que le débat agite la société française, des scientifiques prennent position. 400 scientifiques signent une pétition contre le tout nucléaire.

Le premier attentat sur une centrale nucléaire en France

Le 3 mai 1975, un attentat à l’explosif provoque d’importants dégâts au réacteur de la future centrale nucléaire de Fessenheim. L’intervention est revendiquée par le “Commando Puig Antich-Ulrike Meinhof". L'attentat ne fait pas de blessés, mais retarde la mise en service de 10 mois. Un expert officiel, estime le montant à 20 millions de francs de dégâts.

Moins de trois semaines après, aura lieu l'un des plus grosse manifestation sur le site avant l'ouverture de la centrale. 10.000 personnes se mobilisent pour demander l'arrêt du chantier.

Après la mise en service, la contestation ne faiblit pas

Le 7 mai 1977, la première tranche de la centrale de Fessenheim est mise en service. Elle est couplée au réseau EDF le 6 avril 1977. La tranche 2 suivra en février 1978. 

Moins d'un mois après, le 4 juin 1977 : Radio verte Fessenheim émet la première fois le 4 juin 77 dans le vignoble prés de Colmar.

  • 26 avril 1986 : accident majeur à la centrale nucléaire de Tchernobyl.
  • Février 1987. Fessenheim franchit le cap des 100 milliards de Kwh en 10 ans d'existence.
  • 11 mars 2011 : accident nucléaire de la centrale de Fukushima. C'est la plus grave catastrophe nucléaire du XXIe siècle.

La fermeture : enjeu politique

  • 2012 : François Hollande promet la fermeture de la centrale de Fessenheim durant la campagne présidentielle.
  • 18 mars 2014 : des militants de Greenpeace s'introduisent dans la centrale pour dénoncer le manque de sécurité.
  • Septembre 2015 : Ségolène Royal annonce que la fermeture de Fessenheim est repoussée à 2018.

Vers la concrétisation de la fermeture

La fin de l’exploitation doit avoir lieu de fin 2018 à avril 2019. Elle est liée à l’entrée en fonction de l’EPR de Flamanville. Il faut maintenant négocier les conditions de départs ou de mutations des salariés de la centrale. Un certains nombres devront rester sur place pour superviser le démentèlement.

18 au 20 janvier 2018 : Sébastien Lecornu, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire vient installer le comité de pilotage pour la reconversion du site.

A LIRE - DOCUMENT : Les élus alsaciens demandent à l'Etat de prendre ses responsabilités dans le dossier Fessenheim

Choix de la station

À venir dansDanssecondess