Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Fessenheim : un dispositif pour accompagner les 330 salariés des sous-traitants de la centrale nucléaire

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu
Colmar, France

Ne pas laisser sur le bord de la route, les 330 salariés des sous-traitants de la centrale nucléaire de Fessenheim, C'est l'objectif d'un dispositif qui vient d'être signé ce vendredi à Colmar. Il faut trouver une solution à chacun, une fois la centrale fermée fin 2018, début 2019.

La centrale nucléaire de Fessenheim doit fermer dès fin 2018 début 2019
La centrale nucléaire de Fessenheim doit fermer dès fin 2018 début 2019 © Maxppp - Vincent Voegtlin

Une cellule d'accompagnement et de suivi a été lancée ce vendredi en préfecture à Colmar. Objectif : ne pas laisser sur le carreau les 330 salariés des sous-traitants qui travaillent en permanence et occasionnellement à l'entretien de la centrale nucléaire de Fessenheim. 

Accompagner les salariés des sous-traitants

"Ce dispositif associe l'Etat, EDF et les institutions économiques pour que les 330 personnes ne passent pas par la case chômage dès la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim", a expliqué le préfet du Haut-Rhin, Laurent Touvet. 

C'était une des promesses de Sébastien Lecornu, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, quand il a lancé le comité de pilotage,  lors de son passage la semaine dernière pendant trois jours dans le Haut-Rhin. Un sujet délicat. 

Le calendrier est précis : d'ici  la fin du mois de mars, il faut faire une cartographie de ces 330 personnes, avec leur profil et leurs souhaits pour leur avenir. 330 personnes qui appartiennent à une trentaine d'entreprises .

Laurent Touvet, le préfet du Haut-Rhin

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Nous avons des techniciens avec trente ans de métiers, mais aussi des jeunes qui sont là depuis quatre ou cinq ans. Il faut rencontrer ces 330 personnes et leur proposer des choses," Juan Jimenez, le vice-président du Groupement des industriels de la maintenance de l'Est (GIMEST) 

Parmi les partenaires : la région Grand Est pourra proposer des formations adaptées en fonction du marché du travail. Il y a aussi des pistes dans le secteur de Guebwiller, où une centaine de postes ne sont pas pourvus. 

' Ce sont surtout des salariés dans le bâtiment qui sont recherchés et dans l'industrie également," a précisé Christiane Roth, la présidente de la délégation Colmar de la CCI Alsace Eurométropole. 

Explications sur le dispositif

Choix de la station

À venir dansDanssecondess