Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Fête des voisins au travail : vraie utilité, ou hypocrisie des entreprises ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Vous avez des soucis de relations au travail ? L'ambiance est pourrie au boulot ? C'est peut-être l'occasion d'organiser un pot entre collègues ! C'est ce que propose la 6e édition de la fête des voisins au travail. Mais est-ce vraiment utile, efficace ? On en parle avec notre invitée.

Stéphanie Hémairia Clerc, l'invitée de France Bleu Bourgogne
Stéphanie Hémairia Clerc, l'invitée de France Bleu Bourgogne © Radio France - Arnaud Racapé

Cette Fête des voisins au travail, elle a un objectif simple : organiser des pots entre collègues, voire en invitant des salariés d'entreprises voisines. 150 sociétés côte-d'oriennes y participent, 60.000 partout en France. 

"Si une entreprise cherche à occulter d'autres types de problèmes, des problèmes de fond, en utilisant cette initiative, elle n'obtiendra pas de résultats"

Ça peut prêter à sourire, mais le sujet est en réalité bien plus profond qu'il n'y paraît : ces initiatives, sont-elles un vrai moyen de créer de l'alchimie entre collègues, voire de régler des conflits au sein de l'entreprise ? Stéphanie Hémairia Clerc est docteure en science de gestion, chercheuse à l'institut d'administration des entreprises à Dijon, spécialiste de la santé au travail. Elle n'est pas convaincue de l'efficacité : 

"A certains égards, l’initiative peut présenter certaines limites. Si c'est dans le but de régler des conflits au sein des équipes de travail, elle risque fort de se tromper. Elle pourrait laisser entendre auprès des salariés qui vivent tensions avec leurs collègues qu'il y a une injonction à la convivialité. Or un individu, lorsqu'il va venir au travail, il va plutôt avoir pour objectif d'une part de réaliser son travail, et d'autre part de le réaliser dans des conditions qui permettent de le faire bien. Si une entreprise cherche à occulter d'autres types de problèmes, des problèmes de fond, en utilisant cette initiative, elle n'obtiendra pas de résultats." 

Salles de sports, salles de siestes, espaces ludiques avec baby-foot : on entend parler de nombreuses initiatives ces derniers temps dans les entreprises, pour permettre aux collaborateurs de se retrouver, dans un environnement friendly. Mais là encore, ce ne sont que des futilités pour Stéphanie Hémairia Clerc : "clairement, on ne vient pas pour jouer au baby-foot, on vient pour travailler. ces initiatives, là où elles vont présenter des limites, et par exemple la fête des voisins au travail pourrait s'inscrire dans cette panoplie, c'est qu'elles ne font qu'occulter un problème : la question de la qualité du travail."

Le numérique, la fausse communication 

L'experte de la souffrance au travail pointe également la place du numérique dans les relations au travail, ou plutôt l'absence de relations au travail : "en effet, il se trouve que les outils numériques vont venir impacter la qualité du collectif de travail. Pour des raisons qui sont extérieures à l'équipe, quand on va être submergés, quand on va être dans l'urgence, on va avoir tendance à communiquer par le biais de l'e-mail. A n'importe quelle heure, n'importe jour, samedi et dimanche compris. tous les temps morts aujourd'hui sont investis, parce que les charges de travail sont exigeantes. On voit aussi se développer toute une panoplie d'outils collaboratifs de travail, les individus se retrouvent moins en direct, communiquent moins de façon directe, et vont avoir tendance à utiliser des outils collaboratifs type Whatsapp, Google Drive."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu