Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Filière hydrolienne à Cherbourg : l'avenir d'OpenHydro en question aujourd'hui

mercredi 5 septembre 2018 à 6:05 Par Katia Lautrou, France Bleu Cotentin

C'est aujourd'hui , le mercredi 5 septembre, qu'une décision doit être prise en Irlande sur l'avenir d'OpenHydro, filiale de Naval Energies.

Quel avenir pour OpenHydro ?
Quel avenir pour OpenHydro ? © Radio France - katia Lautrou

Cherbourg-Octeville, Cherbourg-en-Cotentin, France

Un administrateur judiciaire pourrait être nommé ce mercredi par la Haute Cour de Justice Irlandaise en vue de relancer OpenHydro, filiale irlandaise de Naval Energies depuis 13 ans. A la demande d'actionnaires de Naval Energies, des actionnaires minoritaires qui ne représentent que 12% du groupe industriel français qui lui demande la liquidation judiciaire d'OpenHydro. La société basée à Dublin serait selon Naval Energie insolvable avec 280 millions d'euros de dettes. D'où la décision le 26 juillet dernier de lâcher OpenHydro après l'avoir soutenu à hauteur de 260 millions d'euros d'investissements. Des liquidateurs judiciaires ont été nommé en Irlande. Mais aujourd'hui certains actionnaires souhaitent à la place la nomination d'un administrateur judiciaire pour permettre à la société de poursuivre ses activités dans le monde puisqu'OpenHydro a des projets ailleurs qu'à Cherbourg.

Quel avenir pour le bâtiment OpenHydro à Cherbourg ? 

Aujourd'hui Naval Energies est toujours  locataire du bâtiment à Cherbourg. Un bâtiment de près de 6 000 mètres carrés et de 14 mètres de haut, construit sur les Mielles. C'est la société d'économie mixte normande La Shéma qui après avoir investi 260 millions d'euros avec les collectivités perçoit le loyer. Le loyer d'une usine fantôme. Des rumeurs parlent de reconversion possible peut-être de même de Naval Energies ou autre. Mais rien de précis pour l'instant. Des cherbourgeois eux y verraient bien une patinoire ou un complexe sportif...pas sûr que le vent tourne en leur faveur !