Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Filière porcine : pas de sortie de crise, la cotation reprend sans Bigard ni Cooperl

lundi 17 août 2015 à 8:11 - Mis à jour le lundi 17 août 2015 à 18:04 Par Marina Cabiten, France Bleu Armorique, France Bleu Auxerre et France Bleu Breizh Izel

Les acteurs de la filière porcine se sont retrouvés lundi au ministère de l'Agriculture pour permettre une reprise de la cotation au Marché du porc breton (MPB), suspendue depuis une semaine. Mais les deux acheteurs à l'origine de cette interruption ne se sont pas présentés. Ils seront donc absents du marché qui reprend tout de même mardi, en attendant d'autres solutions.

La cotation au Marché du porc breton (MPB) fixe le prix de référence de la viande de porc
La cotation au Marché du porc breton (MPB) fixe le prix de référence de la viande de porc © MaxPPP

Nouvelle réunion de crise ce lundi au ministère de l'Agriculture : les acteurs de la filière porcine y ont été réunis entre 15h et 18h, pour mettre fin au blocage de la cotation au Marché du porc breton (MPB). 

Nouvelle forme de bras de fer

Cette cotation permet de fixer, au niveau national, le prix de référence du porc français. Elle est suspendue depuis une semaine, suite au refus de deux principaux acheteurs (Bigard et Cooperl) de se présenter aux séances. Ces derniers protestaient ainsi contre la hausse du prix de la viande porcine, qui avait atteint 1,40 euros le kilo le 23 juillet dernier comme préconisé par le gouvernement suite aux actions des éleveurs militant pour une augmentation des prix de leurs productions. 

Le ministère chargé d'arbitrer

Cette table-ronde lundi devait réunir les responsables du MPB de Plérin (Côtes-d'Armor), les représentants des éleveurs mais aussi des entreprises d'abattage et de transformation. Elle visait à contribuer, "à court terme, à ramener de la fluidité sur le marché", indiquait le ministère. 

Mais Bigard et Cooperl, les deux acheteurs à l'origine de ce bras de fer, ont boudé la réunion. Ils doivent être reçus séparément au ministère de l'Agriculture mardi et mercredi. En attendant, le MPB se tiendra à nouveau mardi : la cotation du porc aura lieu, mais sans Bigard ni Cooperl , a annoncé le président du marché. 

Réformer le mode de fixation des prix

En l'absence des deux principaux industriels, les acteurs de la filière n'ont pas réussi à trouver une sortie de crise : selon un responsable du groupement d'éleveurs Inaporc, des discussions commenceront la semaine prochaine pour tenter de trouver une nouvelle façon de fixer le prix de la viande. 

Les industriels pour un marché libre

Sur le marché européen, l'Allemagne propose du porc moins cher de 28 centimes au kilo par rapport au cours français, et les Pays-Bas 38 centimes moins cher, selon la Cooperl, leader en France sur le marché du porc et qui exporte 35% de sa production. La coopérative, qui représente 19% des achats au MPB, refuse de financer "un cours 'politique' pour soutenir la production porcine française".

Elle voudrait que soit décidé "un retour à un prix de marché libre" en fonction de l'offre et de la demande. Bigard/Socopa, leader du marché de la viande en France, qui représente 7% des achats au MPB, est sur la même longueur d'onde.