Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fin de courses à l'hippodrome de Maisons-Laffitte

mercredi 28 novembre 2018 à 16:37 Par Marine Chailloux, France Bleu Paris

Le célèbre champ de courses hippiques va fermer fin 2019. France Galop, propriétaire des lieux, vient de l'annoncer au cours d'un comité social et économique central. La ville se bat contre cette décision.

L'hippodrome de Maisons-Laffitte (Yvelines) et sa grande ligne droite inondés par les fortes crues de la Seine en janvier 2018.
L'hippodrome de Maisons-Laffitte (Yvelines) et sa grande ligne droite inondés par les fortes crues de la Seine en janvier 2018. © Maxppp - OLIVIER BOITET

Maisons-Laffitte, France

"Ils m'ont menti, pour moi ils sont disqualifiés !"Jacques Myard, le maire LR de Maisons-Laffitte (Yvelines) ne décolère pas. Certes il s'attendait à l'annonce de la fermeture de l'hippodrome, même si France Galop lui avait confié qu'il ne s'agissait que d'une hypothèse de travail, mais il espérait encore pouvoir l'empêcher.

Fermeture de l'hippodrome fin 2019

Hier soir (mardi 27 novembre), il avait convoqué en urgence un conseil municipal extraordinaire. Il a fait voter une motion contre la fermeture du champ de courses car selon ses informations, le site était en sursis. 

Et effectivement, l’association France Galop, propriétaire des lieux, en a fait l'annonce aujourd'hui. "Les activités « courses » sur l’hippodrome de Maisons-Laffitte (s'arrêteront) à la fin de 2019 (24 journées demeurent inscrites au calendrier de 2019)", explique France Galop dans un communiqué de presse publié sur son site Internet (France Galop n'a pas souhaité répondre à nos questions, NDLR).  L’association qui possède le champ de courses a présenté aujourd'hui à son comité social et économique central un projet de réorganisation de ses activités à Maisons-Laffitte. Et pour la commune, c’est la mort annoncée du site hippique qui a fait la réputation de la ville du cheval.

Le centre d'entraînement maintenu

Le centre d'entraînement, lui, ne devrait pas fermer. Il sera modernisé et redimensionné. C'est-à-dire qu'il va s'adapter à l'activité actuelle pour faire des économies. Prévu pour 1500 chevaux, seulement environ 500 sont présents sur le site. 

France Galop est responsable de la filière des courses de Galop en France. L'association explique son choix pour répondre aux mutations du secteur hippique et la baisse des paris sportifs : "Depuis 2011, les courses doivent faire face à une profonde mutation du marché du pari. En l’espace de 8 ans, les montants engagés sur les paris hippiques en France ont diminué de 1,9 milliard. Du fait de la baisse des revenus issus des enjeux (qui représentent plus de 90% de ses ressources financières), France Galop a accumulé un déficit de 119 millions d’euros entre 2014 et 2017".

Mais selon le maire de Maisons-Laffitte, c'est plutôt la rénovation de Longchamp qui sonne la fin de son hippodrome. "France Galop veut fermer Maisons-Laffitte, croyant faire des économies parce qu’ils ont  fait un projet gigantesque, pharaonique, qu’ils n’arrivent pas à équilibrer, qui est Longchamp, pense Jacques Myard. Or l’hippodrome de Longchamp coûte en fonctionnement par réunion, sans doute cinq à six fois et même davantage que l’hippodrome de Maisons-Laffitte".

31 postes supprimés

Avec la fermeture du champ de courses hippiques, France galop annonce que 31 postes seront supprimés à Maisons-Laffitte par le biais d'un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi). Et pour la ville, l'impact sera encore plus important. "Vous avez 90 hectares qui ne pourront pas être entretenus de la même manière", s'inquiète le maire Jacques Myard. D'autant que le site appartient à France Galop, mais il est totalement inconstructible. "Vous avez 250 à 300 personnes au minimum qui vivent directement ou indirectement de l’hippodrome, c’est une image bien évidemment, mais c’est aussi tout un patrimoine. Lorsque vous avez des gens qui prennent des décisions alors même qu’il n’y a eu aucune étude d’impact, vous vous demandez dans quel pays on vit !"

L'association explique qu'elle mettra en œuvre "des moyens spécifiques au soutien d’un projet de reconversion du site de l’hippodrome de Maisons-Laffitte en partenariat avec la municipalité et les acteurs locaux". Mais le maire de Maisons-Laffitte Jacques Myard ne communique plus avec l’association. "Je demande au gouvernement un changement de gouvernance chez France Galop, conclut-il, je n'ai plus aucune confiance dans ces gens. Ils sont responsables du déficit et de la mort de Maisons-Laffitte". L'édile n'exclut pas de mener une action en justice pour empêcher la fermeture du site.