Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fin de grève à l'usine British Steel d'Hayange

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Un accord de reprise du travail a été trouvé entre la direction et les syndicats à l'usine British Steel d'Hayange (Moselle). Depuis lundi, les salariés bloquaient l'entrée du site.

Pendant plus de 24 heures, un engin de chantier a bloqué l'accès au site British Steel d'Hayange.
Pendant plus de 24 heures, un engin de chantier a bloqué l'accès au site British Steel d'Hayange. © Radio France - Roméo Van Mastrigt

Hayange, France

La grève est terminée à l'usine British Steel d'Hayange (Moselle) depuis ce mardi après-midi. Un accord de reprise du travail a été trouvé entre la direction et les salariés. Depuis lundi 13h, le personnel de l'usine bloquait toute entrée et sortie du site de fabrication de rails. Les camions de livraison n'étaient pas autorisés à quitter les lieux. Selon une source syndicale, une centaine de personnes ont fait grève, soit un quart des quelques 420 salariés de l'usine. Ils protestaient contre la dégradation de leurs conditions de travail et pour montrer leur inquiétude quant à l'avenir de l'entreprise.

Des engagements de la direction

La direction du site s'est engagée sur plusieurs points : 

  • Une hausse des effectifs : le nombre d'employés sur certains postes clés devrait être revu à la hausse. L'entreprise emploie 50 intérimaires à l'année, contre 80 l'année dernière. Les syndicats espèrent que certains d'entre eux soient embauchés dans les services qui ont besoin de plus de personnel. 
  • Des objectifs d'intéressement plus raisonnables : ils permettent de toucher une prime d'intéressement de 150 à 350 euros quand ils sont remplis. Jusqu'à présent, les syndicats les jutaient inatteignables. Ils devraient être réduits. 
  • Un chômage partiel mieux rémunéré : le principal fournisseur d'acier de l'usine a été déclaré en faillite récemment. Les salariés de l'usine pourraient subir du chômage technique à cause d'un ralentissement de la production.  Selon la loi, il est rémunéré à 70% du salaire brut. Les syndicats ont obtenu une rémunération de 80%. Cependant, les salariés devront prendre 1 jour et demi de congé afin de toucher ce chômage partiel. 

Le tribunal administratif de Strasbourg doit se prononcer ce mercredi matin sur le plan de rachat de l'aciérie Ascoval de Saint Saulve (Nord) par la société Olympus, déjà propriétaire l'usine d'Hayange. L'usine nordiste pourrait devenir le principal fournisseur d'acier du site British Steel de Moselle.

Choix de la station

France Bleu