Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fin de la grève pour les salariés de STPI à Sochaux, filiale de Véolia

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Mardi 20 octobre les salariés sochaliens de STPI ont repris le travail. Un accord a été trouvé entre la direction et les syndicats après cinq jours de grève.

L'entreprise, filiale de Véolia, emploie 200 personnes (photo d'illustration)
L'entreprise, filiale de Véolia, emploie 200 personnes (photo d'illustration) © Maxppp - Julio Pelaez

Depuis cinq jours, ils manifestaient devant le siège de la STPI, Société des Techniques de Propreté Industrielle, à Allenjoie. Les employés de cette société spécialisée dans le nettoyage industriel, demandaient une augmentation de salaire de 300 euros par mois. 

L'entreprise emploie 200 personnes chargées de collecter les déchets sur les sites de PSA, à Sochaux et Mulhouse (Haut-Rhin), pour les amener à la déchetterie. 

Tous les salariés toucheront une prime

Finalement, selon une élue du CSE qui a assisté aux négociations, tous les salariés, intérimaires et CDD inclus, pourront bénéficier d'une prime de 300 euros au mois de novembre. Elle sera renouvelée en novembre 2021. 

Ils ont également obtenu que deux jours de grève soient payés. Les négociations annuelles sur les salaires ont été avancées au mois de novembre, elles étaient initialement prévues au mois de mars 2021. 

Mobilisation en perte de vitesse

Pour Laurence Spiteri, représentante du personnel au CSE sans étiquette, il aurait été difficile de demander plus. Lundi matin, ils n'étaient plus qu'une trentaine de grévistes, c'est moitié moins qu'au début du mouvement. 

"Les gens ont commencé à reprendre le travail parce que voilà, au bout de 5 jours, ils se rendent compte que la fin du mois va être difficile. La direction a fait un effort, nous aussi. C'était du donnant-donnant. On espérait toujours plus, évidemment, mais de toute façon on n’aurait jamais eu les 300 euros d'augmentation par mois", précise Laurence Spiteri. 

Selon la salariée qui travaille sur le site de PSA Sochaux, la STPI est en difficultés financières. De plus, son contrat avec PSA pourrait ne pas être renouvelé en décembre 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess