Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fin de la grève des éboueurs du Grand Belfort

mardi 17 avril 2018 à 16:19 Par Isabelle Rolland et Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Retour à la normale pour le ramassage des poubelles dans les rues des communes du Grand Belfort. Après 2 semaines de conflit, les éboueurs ont décidé de reprendre le travail ce mardi. Un accord a été trouvé avec la communauté de communes du Grand Belfort.

Le travail doit reprendre après 2 semaines de gréve
Le travail doit reprendre après 2 semaines de gréve © Radio France - Emilie Pou

Belfort, France

Après 2 semaines de perturbations, le ramassage des poubelles va enfin pouvoir se faire normalement dans les 53 communes du Grand Belfort. Un accord a été trouvé, ce mardi, entre les éboueurs et l'agglomération. Les revendications locales des grévistes seront étudiées dans les prochains jours. 

Une réunion dans les semaines à venir

Le président du Grand Belfort a obtenu gain de cause : la reprise du travail se fera avant tout début de négociation. Pour un syndicaliste "c'était la seule issue possible à ce conflit." 

La prochaine réunion sera l'occasion pour les éboueurs de se faire entendre sur leurs revendications. Ils réclament par exemple : le début de la journée à 5 h du matin l'été au lieu de 6 h actuellement.  Damien Meslot assure qu'il fera en sorte "d'améliorer les choses dans la limite du raisonnable. On peut s'organiser différemment; mais fallait-il une grève pour cela ? Il suffisait que l'on se rencontre." Les éboueurs de leur côté répondent que le mouvement était nécessaire après des mois de demandes de changements sans réponse.

Les revendications seront étudiées dans les semaines à venir, lors d'un CHSCT (comité d'hygiène et de sécurité et des conditions de travail) et d'un comité technique paritaire.