Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fin de la production d'hydrocarbures : quel avenir pour les puits de pétrole dans la Marne ?

mardi 5 décembre 2017 à 18:15 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

La fin annoncée de la production d'hydrocarbures en France d'ici 2040 inquiète le bassin d'emploi de Montmirail, où se trouve la majeure partie des gisements de pétrole marnais exploités par la société IPC Pétroleum. Le groupe pourrait désormais réfléchir à deux fois, avant d'investir.

80% des puits de pétrole de la société IPC Pétroléum en France, sont situés dans la Marne.
80% des puits de pétrole de la société IPC Pétroléum en France, sont situés dans la Marne. © Maxppp - Luc Doyelle

Montmirail, France

Le maire de Montmirail a écrit au président de la République, au premier ministre, à Nicolas Hulot même, pour l'alerter sur les dangers du projet de loi qui vise à interdire d'ici 2040 la production d'hydrocarbures en France. En vain, puisque le texte doit bel et bien être voté définitivement par l'Assemblée nationale le 19 décembre prochain. 

Or, c'est à Montmirail que le groupe IPC Pétroleum a son siège social et son plus grand gisement de pétrole marnais. Au total, la société possède 12 gisements de pétrole dont 10 dans le département de la Marne. Alors le texte du ministre de la transition énergétique Nicolas Hulot, une fois voté, pourrait-il remettre en cause les investissements du groupe dans la Marne ?

"On a des concessions où on a identifié qu'elles étaient pas suffisamment exploitées et pour lesquels on a des projets d'investissements pour augmenter encore d'avantage nos productions sur le département de la Marne", répond Valéry Da Silva, le directeur des filiales françaises d'IPC Pétroleum 

"Effectivement on peut se poser beaucoup de questions sur ces investissements là. _La date butoir de 2040, c'est dans 23 ans. Mais pour nos investissements c'est une échéance assez courte_", poursuit-il. Le groupe IPC Pétroleum a encore investi 4 millions d'euros cette année sur un puits de pétrole à Montmirail.

Les puits de pétrole de la Marne produisent entre 1800 et 2000 barils par jour

Le pétrole est raffiné à une heure de Montmirail en région parisienne, dans la raffinerie de Grandpuits. Du pétrole "made in France" entièrement destiné au marché français. Et le maire de Montmirail Etienne Dhuicq est loin d'être "contre la transition énergétique", mais pour lui, mieux vaut consommer le peu de pétrole français qui existe dans nos sous-sols. 

"Si on ne devait que consommer que 100 000 tonnes, autant que ce soit nos 100 000 tonnes à nous plutôt que le pétrole qui vient du Moyen-Orient qu'il faudra transporter par bateau, par camion", remarque Etienne Dhuicq. 

Le maire de Montmirail s'inquiète surtout pour l'emploi : "ce sont des emplois qualifiés et hautement rémunérés donc ce sont des familles qui vivent sur place". Le groupe IPC Pétroléum emploie 50 personnes, mais le maire estime à 150 le nombre d'emplois indirects.