Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fin dégressive du fonds de solidarité : les entreprises indriennes sont sereines

-
Par , France Bleu Berry

Des changements ce premier juin dans l'attribution des aides aux entreprises touchées par la crise sanitaire. Elles sont désormais ouvertes à toutes, peu importe leur chiffre d'affaire, mais le montant baisse ce mois de juin. Pas de quoi inquiéter les commerçants du Berry.

Le comptoir de la boutique Balthazard de Châteauroux.
Le comptoir de la boutique Balthazard de Châteauroux. © Radio France - François Chagnaud

Les aides perçues par les entreprises en souffrance dans le cadre du fonds de solidarité deviennent dégressives ce premier juin. Désormais ouvertes à toutes les entreprises de l'hôtellerie, de la restauration et de la culture peu importe leur chiffre d'affaire, les dotations baisseront en juin, puis en juillet et en août pour finalement prendre fin. Mais à Châteauroux, commerçants et restaurateurs sont confiants sur la reprise et espèrent ne plus en avoir besoin dès juillet. 

A partir de ce mardi, les aides du fonds de solidarité ne sont plus réservées aux entreprises accusant une baisse de plus de 50% de leur chiffre d'affaire. En revanche, leur montant change, fini le montant de 10 000 euros pour les petites entreprises, et le plafond de 20% de chiffre d'affaire pour les plus grosses. En juin, le montant passe de 40% de perte du chiffre d'affaire par rapport au moins de juin 2019, puis 30% en juillet et 20% en août. Elles s'arrêtent pour les commerces qui ont pu rouvrir le 19 mai. 

Avec la réouverture je devrais ne plus en avoir besoin, et tant mieux !" 

"Je ne suis pas inquiet, rassure Alexandre Dulierre, le gérant du bar à vin Le Conseil à Châteauroux. Le temps est avec nous, il fait beau, les gens vont revenir". Dépourvu de places en terrasse il a décidé de ne rouvrir que le 9 juin, il percevra donc 10.000 euros pour mai et une aide en juin, "mais avec la réouverture je devrais ne plus en avoir besoin, et tant mieux !"

Même son de cloche à la CPME de l'Indre (Confédération des petites et moyennes entreprises), "il faut que l'activité reprenne, appuie son nouveau président Emmanuel Mardon. Mais la dégressivité est un bon compromis pour ne pas laisser dans la panade les entreprises". Le dirigeant se veut confiant pour la reprise, qu'il entrevoit comme bonne mais avec sa confédération, il va déjà de l'avant en lançant un accompagnement au plus proche des entrepreneurs, car dans quelques mois, nombre d'entre eux auront à rembourser leurs prêts garantis par l'Etat contractés pendant la crise. 

4400 entreprises ont bénéficié du fonds de solidarité dans le département de l'Indre, pour une enveloppe globale de 50 millions d'euros. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess