Économie – Social

À Firminy, Clextral fête ses 60 ans, affiche une croissance à deux chiffres et embauche

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 18 octobre 2016 à 18:51

Des salariés de Clextral aux abords du site historique de l'entreprise, à Firminy.
Des salariés de Clextral aux abords du site historique de l'entreprise, à Firminy. - Clextral

Soirée de lancement ce mardi à Geoffroy-Guichard, soirée de gala ce mercredi au musée de la Mine et des conférences de haut-vol au centre des congrès de Saint-Étienne : Clextral met les petits plats dans les grands pour souffler ses soixante bougies.

Quel point commun entre les billets de banque, les biscuits soufflés à la cacahuète, les tartines qui font "craque", les croquettes du chat et les céréales du petit-déjeuner ? Clextral qui fournit les machines permettant à toutes sortes d'entreprises de transformer leur matière première.

Le métier de Clextral : concevoir, produire et installer des machines à extruder, procédé par lequel une forme est donnée à une matière en la poussant dans une filière. - Aucun(e)
Le métier de Clextral : concevoir, produire et installer des machines à extruder, procédé par lequel une forme est donnée à une matière en la poussant dans une filière. - Clextral

Clextral née en 1956 à Firminy. C'était alors une filiale de Creusot-Loire. C'est d'ailleurs de là que viennent les lettres C et L de son nom. L'entreprise conçoit et fabrique déjà des machines à extruder, procédé par lequel une forme est donnée à une matière en la poussant dans une filière. À l'époque, c'était pour la transformation du plastique. C'était fantastique mais ça n'était que le début.

Pionniers avec la Craquotte

Clextral a ensuite adapté le procédé pour l'agroalimentaire. C'est le tournant de la Craquotte, dans les années 70. "Nous avons été les pionniers", raconte Georges Hallary, vice-président de Clextral. "Il se trouve que ça a fait un produit comestible, apprécié par les clients et qui a eu un succès incroyable en France et dans le monde ! C'est ce qui a mis le pied à l'étrier à Clextral à l'international car nous avons accompagné Danone dans le développement de ce produit partout dans le monde".

Un chiffre d'affaires triplé en 20 ans, une croissance à deux chiffres

C'est sur le même principe que se sont développées les machines pour produire les pétales de corn-flakes, les autres céréales du petit-déjeuner, les biscuits soufflés salés ou encore les aliments pour les animaux. Aujourd'hui, Clextral travaille à 70% pour l'agroalimentaire. Autant de marchés qui ont permis à l'entreprise de se développer. "Nous avons triplé notre chiffre d'affaires en l'espace de 20 ans, souligne Georges Hallary. De 20 millions d'euros dans les années 90 à 60 millions aujourd'hui".

Son principal rayon, c'est l'alimentation d'aujourd'hui comme celle de demain puisque l'entreprise appelouse travaille notamment sur des machines capables de rendre les protéines végétales "appétissantes avec une texture proche de celle de la viande". Clextral s'intéresse aussi à la production industrielle de graines de couscous. Elle s'appuie sur trois centres de recherche et développement propres, celui de Firminy, qui a ouvert rue de Chazeau en 1987, en Normandie, inauguré en juin dernier, et en Australie.

Une quarantaine d'embauches en vue à Firminy

Autant d'éléments qui laissent augurer de belles perspectives pour cette entreprise qui affiche une croissance à deux chiffres : "20 % en 2015", assure le vice-président, directeur des opérations. Ça se traduit par des investissements sur le site historique du groupe, à Firminy avec une quarantaine d'embauches prévues ces prochains mois, dont quinze créations.

Environ 280 personnes travaillent pour Clextral dont environ 230 dans la Loire. Le reste des troupes est aux États-Unis (en Floride depuis le milieu des années 80) et dans neuf autres pays (Algérie, Australie, Brésil, Chili, Chine, Danemark, Maroc, Russie et Vietnam). L'Indonésie viendra compléter cette liste en janvier 2017 avec l'ouverture d'un bureau en Indonésie à Jakarta. "Parce que c'est l'Asie du sud-est, 260 millions d'habitants, avec une mégapole avec une classe moyenne de plus en plus importante. Nos clients y sont donc on ne peut pas ne pas être là", commente Georges Hallary.

Partager sur :