Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Payer ses impôts au bistrot, est-ce une bonne idée ?

-
Par , France Bleu Provence

Depuis le 28 juillet dernier, il est possible de payer ses impôts et amendes directement chez le buraliste. Une mesure pour créer davantage de proximité avec les citoyens à l'heure de la centralisation des agences de recouvrement des finances publiques.

Photo illustration paiement du quotidien buraliste
Photo illustration paiement du quotidien buraliste © Radio France - Charlotte Jousserand

"Depuis deux semaines, nous avons deux clients par jour qui viennent régler leurs amendes via le paiement de proximité", explique Benjamin Selvat, buraliste à Gémenos (Bouches-du-Rhône). L'opération s'effectue sur une borne numérique de la Française des Jeux. Il suffit à l'usager de scanner le "datamatrix", un code barre confidentiel, présent sur sa fiche d'imposition ou sur son procès verbal, et de s'acquitter de sa dette publique en espèces ou en carte bleue.

Selon de Luc Estruch, directeur par intérim de la direction régionale des finances publiques (DRFIP) des Bouches-du-Rhône, les citoyens peuvent payer plusieurs types de "produits d'État", mais pas tous. Parmi eux, la taxe d'habitation, l'impôt sur le revenu, la taxe foncière, des produits hospitaliers ou encore la contribution à l'audiovisuel public. 

Une mesure critiquée par les syndicats

Dans un communiqué publié mardi dernier, le syndicat Force Ouvrière de la direction générale des finances publiques du Var critique cette mesure qu'il assimile à un "abandon de mission". Un seul mot d'ordre : "Un bureau de tabac n'est pas un service public". Le syndicat perçoit cette nouvelle organisation comme la conséquence collatérale d'un autre projet : la restructuration du réseau de recouvrement des finances publiques en "nouveau réseau de proximité". Une nouvelle organisation qui, selon plusieurs autres syndicats des finances publiques, supprime de nombreuses agences de recouvrement en région PACA. 

De son côté la DRFIP des Bouches-du-Rhône dément tout lien entre les deux opérations et rappelle : "Tout n'est pas nouveau dans ce dispositif, les buralistes encaissaient déjà auparavant les timbres fiscaux et les amendes forfaitaires". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess