Économie – Social

Florange : moins d’accidents chez ArcelorMittal

Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord lundi 28 avril 2014 à 17:02

Arcelor sécurité Florange
Arcelor sécurité Florange © Radio France - François Pelleray

ArcelorMittal soigne sa sécurité au travail en organisant toute cette semaine les journées santé-sécurité dans toutes ses usines à travers le monde. Sur le site de Florange en Moselle, 87 accidents dont 4 graves ont été recensés l’an dernier, contre 97 dont 1 mortel et 7 graves en 2012.

Lors de ces journées santé-sécurité, une dizaine d'ateliers sont réparties pour faire prendre conscience du danger dans les métiers de la sidérurgie. Par exemple, à côté de la ligne de fabrication des bobines d'acier, des situations dangereuses sont reconstituées comme un échafaudage mal placé ou un établi pour utiliser un chalumeau avec un mannequin très mal équipé raconte Régis Chaube, chargé de la sécurité chez ArcelorMittal : « l’opérateur a une combinaison en papier. Devant lui, il a des gants plein de graisse, or l’association de la graisse et de l’oxygène est explosive  ».

Objectif : zéro accident

Les salariés doivent repérer tous ces points noirs puis tirer les leçons de ces négligences. Cela rappelle à Julien Bourguignon son petit accident du travail «une boulonneuse a dérapé, je me suis coincé un doigt, mais rien de grave, dont on a changé l’équipement avec une boulonneuse plus légère ».

Arcelor secu Mic trot

Les plus grands risques viennent des chutes de pièces, lourdes de plusieurs tonnes, et des salariés harnachés en hauteur. Mais le dernier accident mortel sur le site de Florange est survenu en 2012 lors d'une opération anodine. Un mécanicien d’une entreprise extérieure, a voulu remplacer une roue d’un engin. Christian, un salarié du sous traitant Harsco, racontent : «quand il a gonflé le pneu, la jante est sortie de son habitacle, et il l’a prise dans le visage».

Désormais en cas de panne, l'objectif n'est plus de se précipiter sur la machine cassée, mais de réfléchir avant d'agir, même si la production prend un peu plus de retard. L’objectif d’ArcelorMittal est d’atteindre le zéro accident.