Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Florence Barbier, présidente de France Victime 80 : "les femmes ont toujours très peur de porter plainte"

-
Par , , France Bleu Picardie

Ce lundi matin, France Bleu Picardie reçoit Florence Barbier, la présidente de l'association France Victime 80 qui met en place un réseau dans le secteur de Péronne pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles.

L'association France Victime 80 couvre maintenant la région de Péronne
L'association France Victime 80 couvre maintenant la région de Péronne © Radio France - Axelle Labbé

Péronne, France

L'association France Victime 80, qui couvre déjà Amiens, Abbeville et Montdidier,  met en place un nouveau réseau dans le secteur de Péronne, où il n'y avait encore pas de structure pour venir en aide aux femmes victimes de violences sexistes et sexuelles. 

Alors que le président Emmanuel Macron a déclaré l’égalité entre les femmes et les hommes « grande cause nationale » du quinquennat, ce nouveau réseau rassemble les gendarmes, les travailleurs sociaux du conseil départemental, la CAF, les assistants sociaux en milieu scolaire, les élus, les bailleurs sociaux pour problèmes de logement ou relogement. 

"Il faut repérer les personnes en situation de détresse, explique Florence Barbier, la présidente de l'association France Victime 80, parce qu'elles ne vont pas venir d'elle même. C'est très difficile de déposer une plainte. Il y a une très grande peur, la honte de ce qu'elles vivent, et si elles portent plainte, la peur de prendre encore une raclée en rentrant à la maison le soir. Donc il faut qu'elles _se sentent en confiance_, et à partir de là on pourra aller jusqu'à la plainte".  

"On a notre repérage avec la police et gendarmerie, les violences souvent s'ajoutent aux problèmes de chômage, d'addiction... On a aussi _des petits villages retirés_, avec des problèmes de communication énormes donc c'est dans ces secteurs là qu'il faudra chercher. On va le savoir par les assistantes sociales, par les milieux scolaires, les médecins... le travail de groupe va nous permettre de communiquer entre nous. J'ai déjà reçu un courrier de la sous-préfecture de Péronne pour me signaler une personne en grande difficulté. Immédiatement, on va pouvoir mobiliser notre réseau".

Un travail de prévention

"Nous allons aller faire _des interventions dans les écoles, auprès des maires_, même dans les toutes petits communes, pour que les victimes sachent qu'on est là, détaille Florence Barbier. On est là pour dépister, offrir un message de soutien, traiter la situation, informer des droits, devoirs et ressources du réseau, protéger et prévenir la récidive". 

Vous pouvez contacter l'association France Victime 80 du lundi au vendredi de 9h à 17h par téléphone au 03 60 12 77 00 ou au 06 17 17 33 87 ou par mail : francevictimes80@aylf.asso.fr

Florence Barbier répond à Marie-Gaëtane Comte