Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Foie gras : retour des promotions cet automne dans les Landes et partout en France

-
Par , France Bleu Gascogne

Les consommateurs vont retrouver des promotions sur le foie gras cet automne. Elles avaient quasiment disparu à cause de la loi Égalim qui depuis deux ans limite sévèrement les promotions sur les produits alimentaires. La filière foie gras a obtenu l'autorisation de déroger à une partie de ce texte.

Les ventes de foie gras ont baissé de 11% en 2019 selon le CIFOG, l'interprofession du foie gras, à cause de la loi Égalim
Les ventes de foie gras ont baissé de 11% en 2019 selon le CIFOG, l'interprofession du foie gras, à cause de la loi Égalim © Radio France - Franck Daumas

C'est un soulagement pour les producteurs de foie gras et pour toute la filière durement impactée par la crise du coronavirus. Ils peuvent désormais obtenir des dérogations pour ne pas avoir à appliquer toutes les mesures de la loi Égalim.

Ce texte votée fin 2018 limite sévèrement les promotions sur les produits alimentaires pour pouvoir rémunérer correctement les agriculteurs. La loi Égalim plafonne le taux de promotion à 34% du prix d'un produit, par exemple d'un bocal de foie gras, d'un magret de canard ou d'un bocal de confit. Elle oblige aussi les distributeurs, comme les grandes surfaces, à vendre seulement un quart de leur volume annuel d'un produit en promotion.

Selon le CIFOG, l'organisme qui représente la filière foie gras, cette loi Égalim a fait reculer les ventes de 11% en 2019, ce qui représente près de 500 tonnes de foie gras. 

Les grandes surfaces, qui représentent à elles-seules plus de la moitié des ventes de foie gras en France, ont concentré les promotions, quinze jours avant Noël. En dehors de cette période, le foie gras n'a pas été beaucoup mis en avant dans les rayons, en tête de gondole ou dans les allées centrales notamment lors des foires au gras organisées traditionnellement en automne. Les ventes ont donc baissé.

Le foie gras, un "achat plaisir"

Comme l'explique Marie-Pierre Pé, directrice générale du CIFOG, "l'achat de foie gras obéit souvent à un achat d'impulsion, à un achat plaisir. Si aujourd'hui, les produits ne sont pas mis en avant avec une petite mécanique de vente, un petit moins 20%, les achats ne se font pas. Les achats de fond de rayon sont plutôt limités". "Le consommateur part rarement faire ses courses en se disant il faut que j'achète un foie gras alors qu'en magasin, il se laisse tenter s'il voit une petite promotion" rajoute Marie-Pierre Pé.

L'achat de foie gras obéit souvent à un achat d'impulsion" explique Marie-Pierre Pé, directrice générale du CIFOG, l'Interprofession du foie gras, d'où l'importance des promotions dans les périodes pré-festives notammentg en automne

Cette mécanique de vente est importe pour les produits de la filière foie gras explique le CIFOG notamment dans les périodes pré-festives : octobre, novembre et début décembre.  C'est pour la retrouver que l'Administration accorde donc désormais des dérogations à la loi Égalim.

Concrètement, après accord de la dérogation, le volume de produits vendus sous promotion n'est plus plafonné à 25% de volumes annuels pour la filière foie gras. C'est important car nos produits doivent être mis en avant en dehors des périodes festives et pour cela, il ne faut pas être bridé dans les volumes vendus sous promotion explique le CIFOG. Sa directrice générale se félicite donc la disparition possible de ce seuil de 25%. La loi ASAP, en cours de discussion au Parlement devrait d'ailleurs définitivement faire tomber cette obligation pour la filière foie gras rajoute Marie-Pierre Pé.

Pas de prix cassés

En revanche, le taux de promotion sur les produits alimentaires reste bien plafonné à 34% du prix. Concrètement, ça veut dire qu'on ne verra pas de prix cassés sur le foie gras, par exemple des -70%. Le CIFOG s'en félicite car des remises aussi importantes laissent penser qu'on peut produire et vendre à perte.  

La possibilité de déroger à la loi Égalim est une vraie bouffée d'air pour la filière foie gras qui accumule les difficultés depuis cinq ans. Il y a eut deux crises de grippe aviaire en 2016 et 2017. La filière a alors beaucoup investi en biosécurité pour repartir du bon pied mais la loi Égalim est donc venu cassée en quelque sorte la reprise. 

Le coronavirus qui a entraîné une longue période de confinement a fortement perturbé la production et les ventes, avec la fermeture des restaurants un peu partout dans le monde, alors qu'ils représentent 40% des débouchés commerciaux. L'ensemble des éleveurs, transformateurs et négociants estiment à 50 millions d'euros le montant des pertes dues à la crise du Covid-19.

La filière foie gras a accumulé les difficultés depuis cinq ans rappelle Marie-Pierre Pé, directrice générale du CIFOG

La filière foie gras génère 100 000 emplois directs et indirects en France, essentiellement en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. Le CIFOG veut croire maintenant que la filière évitera les effets du couvre feu décrété en Ile de France et dans 8 grandes métropoles françaises.

On produit en moyenne 18 000 tonnes de foie gras en France chaque année. Le CIFOG prévoit une baisse des volumes en 2020 de 20% car il a fallu "adapter l'offre à la demande en baisse" à cause de la Covid 19.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess