Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Foie gras Rougié : 78 suppressions de poste sont confirmées sur le site de Sarlat

lundi 9 juillet 2018 à 17:14 Par Willy Moreau, France Bleu Périgord

La Dirrecte a validé jeudi dernier le plan social à Euralis. Le site Foie gras Rougié à Sarlat va perdre 78 postes à partir de 2019.

Le site Foie gras Rougié à Sarlat continue son activité malgré des effectifs réduits.
Le site Foie gras Rougié à Sarlat continue son activité malgré des effectifs réduits. © Radio France - Julien Corbière

Sarlat-la-Canéda, France

Pas de séisme. "On s'y attendait", explique Nicolas Magnanou, délégué syndical CGT du groupe Euralis. Le plan social du groupe alimentaire a été validé jeudi dernier par la Dirrecte (direction du travail). Ce sont 78 postes qui vont être supprimés d'ici la fin de l'année 2019 sur le site Foie gras Rougié de Sarlat

Des garanties pour ceux qui perdent leur emploi

Contrairement au site de Brive où les 55 salariés seront licenciés, le plan social validé concerne moins de postes que prévus à Sarlat. La transformation prochaine du site périgourdin vers une filière d'excellence a permis de "sauver 17 postes par rapport à l'origine", constate Nicolas Magnanou. 

Le syndicaliste ne crie pas victoire pour autant : "On ne peut pas se réjouir d'un tel résultat. In fine, ce sont des gens qui vont se retrouver à terme sans emploi. Ce sont des avancées significatives mais c'est un juste retour des choses."

Pour l'heure, il n'y a pas de licenciement sec. Deux phases de départs volontaires se dérouleront à Sarlat pendant l'année 2019. Si les 78 postes ne sont pas atteints, il faudra alors licencier du personnel. 

Ceux qui vont perdre leur emploi ont obtenu plusieurs garanties. D'abord, ils bénéficieront d'un congé de reclassement de dix mois, voire d'un an pour les plus de 50 ans à hauteur de 80% du salaire brut

Ensuite, 1.450 euros seront alloués par année d'ancienneté avec un plafond sur 25 ans. Enfin, les aspirants à la retraite pourront obtenir une procédure de départ anticipé.