Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fonderie de Bretagne : des politiques bretons écrivent à Edouard Philippe et Bruno Le Maire

Sept personnalités, élus locaux, régionaux ou parlementaires, ont envoyé une lettre à Edouard Philippe et Bruno Le Maire, Premier Ministre et Ministre de l'Economie, pour défendre la Fonderie de Bretagne, menacée de fermeture.

La Fonderie de Bretagne de Caudan
La Fonderie de Bretagne de Caudan © Maxppp - François Destoc / Le Télégramme

Ils ne veulent pas entendre parler de fermeture, ni même de cession.

Ce jeudi, sept personnalités politiques bretonnes ont co-signé une lettre adressée à Edouard Philippe, Premier Ministre, et Bruno Le Maire, Ministre de l'Economie, pour défendre la Fonderie de Bretagne de Caudan (Morbihan). Renault, maison-mère, envisagerait de se séparer du site, qui emploie 385 personnes

Il s'agit de Norbert Métairie, Maire de Lorient, Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil Régional, et de cinq parlementaires du Morbihan (deux députés LREM, Gwendal Rouillard et Jean-Michel Jacques, et trois Sénateurs, Jacques Le Nay, Muriel Jourdan et Joël Labbé).

"Incompréhensible et inacceptable"

"Nous souhaitons vous réaffirmer notre totale opposition à une éventuelle décision de fermeture du site de la Fonderie de Bretagne de Caudan, ainsi qu’à tout autre scénario qui consisterait à inscrire l’avenir du site hors du giron du groupe Renault. Une telle décision serait _incompréhensible et inacceptable_, tant pour les salariés, inquiets et plongés dans l’incertitude, que pour l’ensemble des acteurs du territoire", écrivent-ils en préambule.

Après avoir rappelé les 8 millions d'euros investis par les collectivités bretonnes depuis la reprise du site en 2009, puis les récents travaux de rénovation, les signataires dressent des perspectives.

"D’autres pistes peuvent être étudiées pour améliorer sa compétitivité, en travaillant notamment à la mise en oeuvre de synergies avec d’autres sites français du groupe Renault. Pour construire ce nouvel avenir, il est donc essentiel que le site de Caudan reste arrimé au groupe Renault."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess