Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les Fonderies du Poitou en danger

Fonderies du Poitou : "Bougez-vous, venez à Ingrandes" lance la maire au ministre de l'Economie

-
Par , France Bleu Poitou
Ingrandes-sur-Vienne, Ingrandes, France

En redressement judiciaire depuis fin novembre, les Fonderies du Poitou qui emploient 700 salariés ont jusqu'à jeudi pour trouver un repreneur. Alors que les syndicats ont rendez-vous à Bercy ce lundi, la maire d'Ingrandes demande la venue du ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Les Fonderies du Poitou font travailler plus de 700 salariés à Ingrandes-sur-Vienne.
Les Fonderies du Poitou font travailler plus de 700 salariés à Ingrandes-sur-Vienne. © Maxppp - P. Lavaud

Après des mois de manifestations et de grève, le constat est amer pour les 700 salariés des Fonderies du Poitou et les élus du Châtellerauldais : le ministre de l'Economie ne s'est toujours pas rendu sur place. Comme l'a déjà fait Alain Fouché, le sénateur de la Vienne, Bénédicte de Courrèges, la maire d'Ingrandes, invitée de France Bleu Poitou ce lundi, interpelle Bruno Le Maire pour qu'il vienne dans sa commune au plus vite.

Déplacez-vous, bougez-vous ! Bien sûr que le ministre de l'Economie doit venir à Ingrandes 

"Il y a quand même déjà 700 emplois en jeu, et puis tout le reste, les sous-traitants vont souffrir... Il faut qu'il se déplace et là ce n'est pour 40 emplois", rappelle Bénédicte de Courrèges, élue sans étiquette en 2014 à la mairie d'Ingrandes. 

En 2012, Nicolas Sarkozy était venu pour le sauvetage de la Fonderie Alu

En novembre 2018, lors du placement en redressement judiciaire de la Fonderie Alu, Alain Fouché était monté au créneau pour réclamer la venue "impérative" à Ingrandes du ministre de l'Economie. Le sénateur LR de la Vienne avait alors rappelé qu'en 2012 avant le rachat du site par Saint-Jean-Industries, le président Nicolas Sarkozy et son ministre de l'Industrie Eric Besson étaient venus dans l'usine, déclarant à l'époque "votre entreprise est sauvée".

Après leur action devant l'usine Renault du Mans vendredi dernier, et en attendant la date limite de dépôt des candidatures des repreneurs jeudi, les syndicats des Fonderies Alu et Fonte ont rendez-vous ce lundi matin à 9h00 au siège de Renault en région parisienne avant d'être reçus à 11h00 au ministère de l'Economie. 

Une cellule psychologique pour les salariés à Ingrandes 

Alors que l'avenir des Fonderies du Poitou se joue cette semaine, la maire d'Ingrandes confie ressentir une forme d'impuissance. "On va à toutes les manifestations, toutes les grèves, on les soutient, on prête des salles, nous avons mis une cellule psychologique pour les salariés qui viennent de façon anonyme". 

"On a affrété deux bus pour aller au tribunal de commerce à Poitiers, Monsieur Abelin (NDRL. Président du Grand Châtellerault) a affrété des bus pour aller au Mans, on est allés à la préfecture, il y a avait les sénateurs, on a écrit des lettres, il y avait Monsieur Turquois (député LREM de la Vienne), Monsieur Belin (Président LR du Conseil départemental de la Vienne), on a envoyé des courriers à Jean-Pierre Raffarin..." (Bénédicte de Courrèges) 

"On fait tout ce qu'on peut, mais malheureusement nous n'avons plus de poids au niveau local en matière de politique économique", regrette la maire d'Ingrandes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess