Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ford Blanquefort : des négociations avancées avec le groupe industriel belge Punch

mercredi 19 septembre 2018 à 20:30 Par Stéphanie Brossard et Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

La décision devrait tomber d'ici 15 jours. Des négociations sont en cours avec le groupe industriel belge Punch pour la reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire viendra en discuter avec les syndicats vendredi à Bordeaux.

Les salariés de Ford Blanquefort avaient manifesté en mars à Bordeaux
Les salariés de Ford Blanquefort avaient manifesté en mars à Bordeaux © Maxppp - Cottereau Fabien

Blanquefort, France

Le compte à rebours est lancé depuis l'annonce en février dernier, du désengagement de Ford, de son usine de fabrication de boîtes de vitesse, à Blanquefort. Pour la première fois, le groupe automobile américain via un communiqué, et l'Etat via le préfet de la Gironde, évoquent des négociations avancées avec un repreneur dont le nom a été prononcé pour la première fois. Il s'agit du groupe belge Punch. Le verdict devrait tomber "d'ici 15 jours" selon Jean-Pierre Floris, le délégué interministériel aux restructurations d'entreprises qui était à la préfecture de Gironde ce mercredi. Il annonce également la venue de Bruno Le Maire le ministre de l'Industrie, pour en parler avec les syndicats, vendredi matin à Bordeaux.

Négociations intenses tout l'été

"Nous ne lâchons pas ce dossier et faisons tout pour que la reprise aboutisse" explique le préfet de la Gironde qui a avancé la date de cette réunion "en toute transparence" pour faire le point sur l'avancée du dossier Ford avec les organisations syndicales et les élus. "Les négociations ont été très intenses cet été" raconte Jean-Pierre Floris, et "elles se poursuivent entre l'Etat, Ford et Punch pour bâtir un plan d'affaire, avec un concours financier important voire très important apporté par Ford. C'est ce qui se discute en ce moment"

Punch a déjà repris une usine de boîte de vitesse à Strasbourg

Punch est un groupe industriel belge (spécialisé dans la fabrication de composants automobiles) qui a repris une usine de boîte de vitesse de General Motors à Strasbourg (avec plus de 1000 salariés). A Blanquefort, il s'agirait de fabriquer des boîtes 8 vitesses : "une activité qui nécessite des investissements importants et c'est pour cette raison que Punch a besoin du soutien de Ford" précise le délégué interministériel aux restructurations d'entreprises, qui annonce un décision de reprise ou non actée dans les 15 jours.

D'ici 15 jours, on saura s'il y aura un accord de principe ou pas - Jean-Pierre Floris, délégué interministériel aux restructurations d'entreprises

Jean-Pierre Floris "Nous devons encore recevoir le business plan de Punch, et dans les 15 jours à venir, nous aurons une décision"

850 emplois à Blanquefort. Combien seront sauvés ?

Combien d'emplois sur les 850 de Ford Blanquefort pourraient être repris ? Impossible de le dire pour le moment. C'est justement l'un des objets des discussions. "Il se passe quelque chose. Il y a de l'agitation c'est vrai, mais difficile de savoir ce qui est de la stratégie et de la communication de la part de Ford et de l'Etat" interroge Philippe Poutou, le délégué CGT. 

ça a l'air crédible d'un point de vue industriel mais on n'a pas beaucoup d'informations - Philippe Poutou délégué CGT de l'usine Ford Blanquefort

"Ils semblent optimistes mais nous n'avons que très peu d'informations sur ce qui ce négocie. Il faut qu'on pousse. Nous avons une manifestation samedi, le lendemain de la venue du ministre Lemaire. Nous allons essayer de faire en sorte que ce soit une bonne semaine!"

Philippe Poutou "ça a l'air d'aller dans le bon sens. Mais on n'a aucune information sur les investissements, les aides publiques et les emplois qui seraient conservés"