Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Ford Blanquefort : la CGT veut saisir la justice pour faire invalider le PSE

mardi 5 mars 2019 à 10:15 Par Stéphanie Brossard et Fanette Hourt, France Bleu Gironde et France Bleu

La fermeture de l'usine de Ford Blanquefort doit intervenir cet été après la validation du plan de sauvegarde de l'emploi. Un PSE que la CGT entend faire invalider par la justice.

Philippe Poutou délégué CGT de Ford à Blanquefort
Philippe Poutou délégué CGT de Ford à Blanquefort © Radio France - Stéphanie Brossard

Blanquefort, France

Dans un communiqué, la CGT de Ford Blanquefort écrit, quelques heures après l'homologation du plan social par l'Etat : "le PSE n'a aucun fondement, aucune justification économique. Tout le monde le sait, tout le monde l'a dit durant cette dernière année. Ce que le gouvernement n'a pas pu faire ou pas su faire ou pas voulu faire, nous allons le tenter. Nous allons attaquer en justice pour faire invalider ce PSE".

"Le gouvernement a baissé les bras, il n'a pas été capable de se confronter à la multinationale", ajoute le délégué CGT de l'usine Philippe Poutou. La CGT regrette le "changement de ton" du gouvernement en quelques mois. "Il n'y a pas longtemps, l’Etat, les pouvoirs publics, le gouvernement, tout le monde était en colère contre Ford et promettait la bataille. Et pourtant, en quelques semaines, le ton a changé pour finir par accepter presque honteusement le PSE de fermeture".

"Faire payer plus Ford" et toucher à son image

En attaquant ce plan social devant la justice, Philippe Poutou espère faire valoir les droits des salariés."Si au minimum on peut faire payer plus Ford, tant mieux. On veut aussi se confronter à Ford, toucher à leur image", ajoute l'ancien candidat à la présidentielle, "parce que tout ce qu'ils font c'est inadmissible, c'est un scandale".

Philippe Poutou, délégué CGT chez Ford et ancien candidat à la présidentielle, ne veut pas baisser les bras.

En parallèle de cette procédure judiciaire, Philippe Poutou veut mener une seconde bataille : "la bataille pour que l'Etat réquisitionne l'usine et les machines, et se donne les moyens de réimplanter une activité." La CGT se dit _"convaincue que la réindustrialisation du site est liée à une politique offensive de l'Etat qui doit prendre le contrôle de l'usine et du parc machines". S_tratégie que le syndicat défend depuis des semaines.

850 salariés sont concernés par le plan social qui met fin à l'aventure girondine de Ford qui a débuté en 1972.