Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ford Blanquefort : le repreneur Punch avoue des difficultés pour trouver des clients

vendredi 1 février 2019 à 19:22 Par Pascal Pierozzi et Ezequiel Fernandez, France Bleu Gironde

Les syndicats de Ford Blanquefort sont sortis très inquiets après avoir rencontré, ce vendredi à Strasbourg, la direction de Punch. Le candidat à la reprise de l'entreprise girondine.a beaucoup de difficultés pour trouver des clients. La reprise du site semble toujours délicate.

Punch le candidat à la reprise bataille pour trouver des clients
Punch le candidat à la reprise bataille pour trouver des clients © Radio France

Blanquefort, France

Les délégués syndicaux de Ford Blanquefort sont allés voir si Punch avait avancé dans son dossier, s'il avait trouvé des clients pour démarrer son activité. Le temps presse, le gouvernement a laissé  15 jours au candidat repreneur pour présenter un plan sérieux de reprise qui prévoit de conserver logiquement 400 emplois.  Hélas, les lettres d'intention de clients se font cruellement attendre.  La direction de Punch fait preuve de pessimisme car les délais, imposés par les ministères, sont courts. 

Les dirigeants de Punch évoquent une récession sur le marché de l'automobile. Du coup, l'activité se trouve ralentie d'ou la difficulté de trouver des clients. Plus le temps passe, moins la responsabilité d'une reprise du site est envisageable a indiqué Jean Marc Chavant, élu FO au comité d'entreprise. 

Les syndicats souhaitent que le gouvernement influence les clients potentiels 

Jean Michel Caille, délégué CGC, qui participait à cette réunion n'est pas optimiste : "On ressort de cette réunion sans les lettres d'intention et un pessimiste des gens de Punch qui nous disent que vu les délais qui leur restent, vu la baisse des volumes, vu la conjoncture actuelle, il n'y a pas de quoi être serein. Il faut savoir quand même que Punch ne lache pas l'affaire, il y a des discussions qui sont en cours avec le ou les clients potentiels. Maintenant, il faut, au plus haut niveau de l'état, que des actions soient prises de manière à pouvoir peut-être influencer ce ou ces clients potentiels. Aujourd'hui, on est dans l'interrogation. Y a t-il encore de l'espoir, ou a t-on perdu tous les espoirs ? 

Ford doit, de son côté, présenter  un nouveau PSE, Plan de Sauvegarde de l'Emploi, le précédent ayant été retoqué en début de semaine  par la DIRECCTE, la direction du travail.