Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ford Blanquefort : pour Philippe Poutou, les pouvoirs publics auraient dû réagir plus tôt

jeudi 21 décembre 2017 à 17:54 Par Seina Baalouche, France Bleu Gironde

Une petite centaine de salariés du site de Blanquefort présents et mobilisés ce jeudi en début d'après-midi devant l'usine. Débrayage à la veille d'une rencontre avec Didier Lallement, le nouveau préfet de Gironde. Des salariés inquiets pour l'avenir du site alors que l'échéance se rapproche.

Une petite centaine de salariés mobilisés devant l'usine Ford Blanquefort
Une petite centaine de salariés mobilisés devant l'usine Ford Blanquefort © Radio France - Seina Baalouche

Blanquefort, France

Une grève pour soutenir la bataille de l'emploi et rappeler _"rappeler la gravité de notre situation"_peut-on lire sur un communiqué de la CGT-Ford. Devant la grille d'entrée de l'usine Ford de Blanquefort, l'ambiance a l'air festive avec barbecue et père Noel, et pourtant les salariés sont inquiets.  Ils sont dans l'attente d'une étude déterminante pour l'avenir du site. Un rapport qui doit évaluer si oui ou non une nouvelle boite de vitesse peut être fabriqué sur le site. A partir de fin 2018, les salariés n'auront plus rien à produire sur le site. Plus de 900 emplois sont menacés.

Une échéance qui se rapproche

Philippe Poutou, délégué CGT de Ford Blanquefort,  veut encore y croire malgré une échéance qui se rapproche : "Dans l'industrie pour mettre en place un projet il faut deux ou trois ans. Aujourd'hui on est à 12 mois de la fin de l'activité de l'usine et pour l'instant aucune décision n'a été prise; pire Ford nous dit vouloir prendre une décision fin mars [...] Ce sont des délais qui ne sont pas gérables. On craint que la politique de Ford aujourd'hui c'est de gagner du temps et de dire à un moment donné "finalement désolé mais on n'y arrive pas", on ne veut pas arriver à ce moment-là."

Une réaction des pouvoirs publics trop tardive selon Philippe Poutou

La CGT salue les efforts des élus locaux qui ont interpellé le gouvernement par écrit en demandant la présence du Ministre de l'économie Bruno Le Maire lors du prochain comité de suivi. Philippe Poutou émet tout de même quelques réserves :"[Alain] Juppé a envoyé des courriers cette semaine au gouvernement, on pense que c'est positif mais qu'il aurait pu le faire il y a un et même deux ans ! Même constat pour [Alain] Rousset que l'on a rencontré la semaine dernière mais qui aurait pu nous recevoir avant."

Ce vendredi, le nouveau préfet de Gironde va recevoir une délégation syndicale de Ford Blanquefort. Pour Didier Lallement, "La boite de vitesse nouvelle génération n'est pas une solution de long terme". Une vision que partage Philippe Poutou même s'il regrette une nouvelle fois une réaction tardive de la part des pouvoirs publics :  

Il y a un retard qui été pris et qui pourrait peut-être compromettre tout espoir" - Philippe Poutou

"On garde espoir mais il aujourd'hui il faut s'activer, continue le délégué CGT, "il faut que le gouvernement, [Alain] Juppé, [ Alain] Rousset, le préfet, qu'ils puissent agir ensemble pour obliger Ford, si possible, à assurer une vraie discussion sur le long terme."