Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ford confirme sa volonté de quitter Blanquefort avant la fin 2019

vendredi 9 mars 2018 à 18:49 - Mis à jour le vendredi 9 mars 2018 à 8:50 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu

Les salariés de Ford attendaient beaucoup du comité de suivi organisé ce vendredi à la préfecture de la Gironde. Mais le constructeur est resté campé sur ses positions : Ford confirme qu'il quittera Blanquefort avant la fin 2019.

Manifestation des salariés à Bordeaux avant le comité de suivi en Préfecture ce vendredi
Manifestation des salariés à Bordeaux avant le comité de suivi en Préfecture ce vendredi © Radio France - Stéphane Hiscock

Bordeaux, France

La manifestation de quelque 400 salariés dans les rues de Bordeaux ce vendredi n'a pas permis de changer la donne. A l'issue du comité de suivi organisé en préfecture Ford a confirmé ce qu'il avait déjà indiqué le mois dernier : sa volonté d'un retrait total du site de production de boites de vitesses de Blanquefort d'ici la fin 2019.

Dans un communiqué Ford confirme aussi son engagement à oeuvrer pour rechercher un repreneur intéressé par le site :  "nous reviendrons vers le comité d'entreprise de FAI le 15 mars pour confirmer la composition de l'équipe dédiée à l'identification d'un potentiel repreneur".

Les dirigeants de Ford quittent la réunion sous les huées des manifestants

Les représentants du constructeur automobile sont sortis de la salle de réunion par une porte dérobée et ont quitté la préfecture en voiture sous les huées d'environ 200 manifestants. Peu de temps après on a vu apparaître les représentants syndicaux, têtes basses et pour certains dépités par cette confirmation. 

Vendredi matin les salariés espéraient encore que le soutien de Bruno Le Maire, ministre de l'économie, allait faire changer d'avis Ford. Mais le groupe américain a décidé de partir et il partira. "Il faut maintenant sauver les 910 emplois de l'usine" explique Véronique Ferreira, maire de Blanquefort. "L'Etat a injecté 50 millions d'euros en cinq ans à Ford Blanquefort et on s'est fait roulé" constate amèrement un salarié.