Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Les Nord Francs-Comtois subissent l'une des plus forte hausse du carburant de ces dix dernières années

mercredi 2 mai 2018 à 20:23 Par Manon Klein, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les prix du carburant à la pompe ont fortement augmenté ces derniers mois dans les stations essence du nord Franche-Comté et de la France. Ils atteignent les mêmes niveaux qu'en 2012. Et la hausse devrait encore continuer, en particulier sur le diesel.

Il s'agit du plus haut niveau de prix à la pompe depuis 2012
Il s'agit du plus haut niveau de prix à la pompe depuis 2012 © Maxppp - Nicolas Kovarik

Territoire de Belfort, France

Vous l'avez sans doute remarqué, ces derniers mois le prix des carburants - diesel comme essence - est en constante augmentation. Le sans plomb 95 a augmenté de 7% en un an, et le prix du diesel a grimpé de près de 15%. Dans les stations du nord Franche-Comté, les automobilistes grincent des dents.

Des conducteurs résignés

Cette hausse du prix des carburants, les conducteurs nord franc-comtois l'ont bien sûr constatée. Ce sont les conducteurs de diesel qui sont les plus remontés. Aujourd'hui Marc, qui habite Giromagny, regrette presque de ne pas avoir plutôt acheté une essence : "Pendant des années on nous a dit : 'Il faut prendre du diesel, puis maintenant on nous annonce que ça n'est plus aussi bon que ça".

"On est prisonniers (...) Quelqu'un qui a un diesel ou un vieux véhicule, c'est parce qu'il n'a pas les moyens de faire autrement" - Marc, automobiliste de Giromagny

Cette hausse du diesel a bien sûr un impact sur le porte-monnaie des conducteurs, "sur un plein, on arrive à 5 ou 6 euros de plus" déplore Brigitte, qui vient d'Errevet en Haute-Saône.

Des professionnels pénalisés

Les professionnels qui utilisent leur véhicule dans le cadre de leur travail déplorent particulièrement cette hausse du prix des carburants. Car pour eux, par moyen de faire autrement. A titre d'exemple, les infirmières libérales dans le Territoire de Belfort effectuent en moyenne entre 80 et 120 km par jour, selon Sylvie Beaudoin Badiqué, qui les représente dans le département. Difficile pour elles d'échapper à cette hausse. D'autant qu'elles disposent d'une indemnité de déplacement qui s'élève seulement à 2,50 euros par trajet, peu importe la distance parcourue. Certaines infirmières libérales effectuent ainsi parfois des déplacements à perte.

Les prix de l'essence et du diesel sont tous les deux en forte hausse - Visactu
Les prix de l'essence et du diesel sont tous les deux en forte hausse © Visactu - Visactu

Les raisons de cette hausse des prix

Si les prix du carburant ont autant augmenté ces derniers mois, c'est pour plusieurs raisons. D'abord pour des raisons de géopolitique internationale. "Notamment depuis la dernière salve de missile qui a été envoyé sur la Syrie, le cours du pétrole a augmenté. Aujourd'hui il y a des incertitudes géostratégiques [dans la zone géographique des pays producteurs de pétrole au Moyen Orient, NDLR] qui contribuent à faire augmenter le cours du brut" détaille Pascal Pennec, rédacteur en chef adjoint au magazine Auto plus.

Des taxes de plus en plus importantes

Autre raison de cette hausse du prix du carburant : l'augmentation des taxes sur l'essence et le diesel. Aujourd'hui elles représentent près des 2/3 de la facture totale à la pompe. Et elles devraient encore augmenter ces prochaines années, notamment sur le diesel. Le gouvernement ambitionne en effet d'aligner le prix du gazole sur celui de l'essence d'ici la fin du quinquennat.