Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Fragnes, l'entreprise d'insertion Idem recycle du carton pour isoler votre maison

-
Par , France Bleu Bourgogne
Fragnes, France

C'est une première mondiale. L'entreprise d'insertion Idem, installée à Fragnes, près de Chalon-sur-Saône, se lance dans la fabrication d'un nouvel isolant thermique : la ouate de carton. Avec une production de 6 000 tonnes par an, elle compte créer une quarantaine d'emplois, dont 20 en insertion.

Idem est la première entreprise à se lancer dans la ouate de carton.
Idem est la première entreprise à se lancer dans la ouate de carton. © Radio France - Marion Bastit

Recycler du carton pour isoler votre maison. C'est une première mondiale, et c'est une entreprise de Fragnes, près de Chalon, qui en a eu l'idée. Après trois ans de recherches, l'entreprise d'insertion Idem, filiale du groupe Id'ées, se lance dans la ouate de carton. Elle table sur une production de 6 000 tonnes par an, ce qui devrait créer une quarantaine d'emplois, dont vingt en insertion.

Idem récupère 3 000 tonnes de carton par an d'une entreprise voisine.
Idem récupère 3 000 tonnes de carton par an d'une entreprise voisine. © Radio France - Marion Bastit

Installée depuis quatre ans sur l'ancien site de Kodak, Idem mise sur les circuits courts, puisque le carton qu'elle utilise vient d'une usine voisine, à deux kilomètres de là. Cette usine d'emballage jette 3 000 tonnes de carton par an, du carton neuf mais invendable en raison de défauts de fabrication. Sur ces 3 000 tonnes, Idem en transforme 2 000 en protections pour palettes. Il lui restait donc 1 000 tonnes de cartons dont elle ne savait que faire. En observant la sciure de carton voler pendant la découpe, un salarié a eu l'idée d'en faire un isolant : de la ouate de carton.

Cette machine broie le carton, puis le défibre pour en faire de la ouate.
Cette machine broie le carton, puis le défibre pour en faire de la ouate. © Radio France - Marion Bastit

La première étape, c'est le tri. « On renvoie le carton non conforme : s'il y a présence de scotch, d'agrafes, d'encre, ou en cas de carton souillé », explique Patrick Choux, le directeur du groupe Id'ées. Ainsi trié, le carton passe dans une grosse machine verte. « On le broie en chips de carton, avant de le passer dans un défibreur qui va éclater la fibre de carton. On y ajoute des additifs pour le protéger du feu et de la moisissure, puis on le conditionne. »

On rajoute des additifs pour que la ouate résiste au feu et à la moisissure.
On rajoute des additifs pour que la ouate résiste au feu et à la moisissure. © Radio France - Marion Bastit

A la sortie, des ballots d'une dizaine de kilos de ouate de carton, prêts à servir pour isoler votre maison. _« Murs, toiture, cloisons, on peut tout isoler, assure Patrick Choux. Mais traditionnellement, la ouate est plutôt utilisée pour des combles perdus, par exemple. » A 60 centimes le kilo, ça ne revient pas plus cher que la laine de verre. « Grosso modo, à performance thermique équivalente, on est sur un coût équivalent »_, estime-t-il.

Il faut dix kilos de carton pour faire onze kilos de ouate.
Il faut dix kilos de carton pour faire onze kilos de ouate. © Radio France - Marion Bastit

Pour produire 6 000 tonnes de ouate par an, le carton de l'usine voisine ne suffira pas. Idem va donc faire appel aux déchetteries du Grand Chalon, histoire de rester local. « Ce qu'on vise, c'est une matière première à moins de 30 kilomètres, et une commercialisation du produit fini sur la grande région Bourgogne Franche-Comté, et le nord de la région Rhône-Alpes. » Pour l'instant, la chaîne de production ne tourne que deux heures par jour. L'entreprise attend une dernière certification, qui devrait arriver fin novembre, pour se lancer à l'assaut du marché.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess