Économie – Social

François Hollande annonce ses mesures pour renforcer l'attractivité française

Par Thibaut Lehut, France Bleu lundi 17 février 2014 à 10:36 Mis à jour le lundi 17 février 2014 à 14:41

François Hollande en mode commercial, au Conseil de l'attractivité de la France
François Hollande en mode commercial, au Conseil de l'attractivité de la France © Reuters

François Hollande a reçu ce lundi à l'Élysée une trentaine de patrons de grandes entreprises internationales, à l'occasion d'un conseil censé lancer des pistes pour rendre à la France son attractivité économique. Suite à cette réunion, le chef de l'État a révélé une série de mesures.

Ils sont une trentaine et pèsent "850 milliards d'euros", estime le ministre de l'Economie Pierre Moscovici. PDG de Volvo, Samsung, Nestlé ou encore Bosch, et patrons de fonds d'investissement qataris ou chinois, ils étaient conviés à l'Élysée ce lundi pour un grand "Conseil de l'attractivité". Autour de ces acteurs économiques, le chef de l'Etat, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et neuf ministres avec un seul objectif : convaincre que la France est une terre d'investissements pour les capitaux étrangers. Pour cela, des mesures ont été annoncées.

Une agence dédiée

François Hollande a annoncé la fusion de deux organismes : l'Agence française pour les investissements internationaux, et Ubifrance qui s'occupe du développement international des entreprises. Il y aura désormais un outil unique de promotion de la France.

Le passeport talent

Déjà évoqué aux États-Unis la semaine dernière, la création du "passeport talent" a été confirmée. Il s'agit de faciliter l'installation en France de créateurs d'entreprises et travailleurs étrangers, avec une durée de séjour possible de quatre ans accordée. Dans le même but, les entrepreneurs et chargés d'affaires venant régulièrement en France auront des visas longue durée, de cinq ans, qu'ils pourront obtenir plus vite, en 48 heures selon le président.

François Hollande a fait d'autres annonces, comme la simplification en 2015 du régime de la TVA pour les entreprises importatrices.

La France a besoin des capitaux étrangers

L'enjeu est de taille pour la France, dont la croissance peine à repartir (0,3% en 2013) et dont l'économie dépend en partie de ces capitaux étrangers. Les 20.000 entreprises étrangères et leurs filiales installées dans l'Hexagone emploient environ 2 millions de personnes. "Dans l'industrie, un investissement sur trois vient de capitaux étrangers", estime Pierre Moscovici, qui a entendu l'inquiétude formulée en décembre par une cinquantaine de patrons de groupes mondiaux implantés en France.Ces derniers avaient averti sur le fait que leur direction était devenue méfiante quant au bien-fondé à continuer à investir en France, au vu des perspectives économiques du pays. Une retenue inquiétante compte tenu de la baisse vertigineuse des investissements étrangers dans le pays depuis plusieurs années.

Conseil stratégique de l'attractivité ce lundi à l'Elysée : le déclin des investissements directs étrangers en France   - Aucun(e)
Conseil stratégique de l'attractivité ce lundi à l'Elysée : le déclin des investissements directs étrangers en France