Économie – Social

François Hollande à la rencontre des Andorrans

Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon jeudi 12 juin 2014 à 11:55

Casa de la Vall, Andorra la Vella
Casa de la Vall, Andorra la Vella © Maria Rosa Ferré

Jeudi et vendredi, le président français est en visite en Andorre, dont il est co-prince. Comme le veut la tradition, il s'adressera aux Andorrans lors d'un discours, avant de faire le tour des sept paroisses du petit état pyrénéen.

François Hollande veut renouer avec la tradition. Le président français se rend en Andorre ce jeudi et vendredi, en tant que "co-prince" de cet état pyrénéen. Il tiendra un discours devant le "Conseil général" d'Andorre, le petit parlement de la principauté, avant de prendre la parole demain vendredi devant les Andorrans, comme le veut aussi la tradition, sur la place du Peuple, à Andorre-la-Vieille.

Outre les dirigeants de la principauté, François Hollande rencontrera le second coprince, l'archevêque catalan d'Urgell, Mgr Joan-Enric Vives i Sicilia. Il se pliera au rituel qui veut que le coprince fasse le tour des sept "paroisses" andorranes, les régions administratives de la principauté, tout comme François Mitterrand et Jacques Chirac l'avaient fait en leurs temps. En 2010, Nicolas Sarkozy avait en revanche froissé nombre d'Andorrans, faisant l'impasse sur cette tournée.

Mais pour François Hollande, ce déplacement sera surtout l'occasion de saluer les réformes entreprises par Andorre pour ouvrir le capital de ses entreprises et de ses banques aux investisseurs étrangers, normaliser sa fiscalité ou lever son secret bancaire. Ces réformes ont permis à cette principauté d'à peine 500 km2 et 80.000 habitants de sortir en 2010 de la liste "grise" des paradis fiscaux établie par l'OCDE. Mercredi encore, le Conseil des ministres français était saisi d'un projet de loi autorisant l'approbation d'une convention entre la France et Andorre, visant à éviter les doubles impositions et à prévenir l'évasion et la fraude fiscales en matière d'impôts sur le revenu.

Le deuxième message du président Hollande, précise l'Elysée, sera pour souligner la qualité des relations bilatérales et le troisième affirmera le soutien de la France au processus de rapprochement entre Andorre et l'Union européenne qui pourrait aboutir à un accord d'association. L'Andorre, qui a célébré l'an dernier le vingtième anniversaire de son adhésion aux Nations unies et de sa Constitution, est "un pays allié qui peut nous accompagner et nous aider dans les relations internationales", souligne-t-on aussi à l'Elysée.