Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

François Rivière se voit rester "encore cinq ans de plus" à la présidence de l'USAP

vendredi 6 avril 2018 à 11:12 Par Simon Colboc et Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon

À trois semaines de la demi-finale de Pro D2 à Aimé Giral, le président de l'USAP François Rivière a fait le point ce vendredi matin sur les ambitions du club de rugby catalan.

François Rivière
François Rivière © Maxppp - Michel Clementz

Perpignan, France

Invité de "Face à la presse" ce vendredi matin sur France Bleu Roussillon, François Rivière a beaucoup parlé argent et avenir. En cas de remontée en Top 14, l’USAP aura clairement le statut de petit poucet la saison prochaine. Si Perpignan retrouve l’élite du rugby français, le budget du club passera de 10 à 15 millions d’euros. 

Cet automne, François Rivière disait espérer un budget entre 20 et 25 millions d’euros, mais l’USAP n’a pour le moment pas déniché ce grand investisseur privé tant convoité depuis plusieurs années. « Aujourd’hui, un tiers des clubs du Top 14 ont un budget supérieur à 25 millions d’euros, un autre tiers se situe entre 20 et 25 millions et le dernier tiers dispose de moins de 20 millions et comme par hasard, ce sont ces clubs qui connaissent les problèmes de maintien et de descente » explique le président de l’USAP sur France Bleu Roussillon.

"Il faut passer progressivement à 20 millions d'euros de budget - François Rivière

« Il faut donc que l’USAP passe progressivement à 20 millions mais les choses prennent du temps. La marque USAP est très forte mais aujourd’hui vous ne pouvez pas faire venir de grands investisseurs avec un club qui termine chaque saison en déficit (encore un million d’euros cette année selon le club). »

Depuis son arrivée à la présidence de l’USAP en 2013, François Rivière explique avoir déboursé de sa poche « plus de six millions d’euros » pour remettre les comptes à flots. « Je compte rester président entre huit et dix ans. Je ne resterai jamais vingt ans, ça c’est certain ! »

Où s'entraînera l'USAP ?

Interrogé aussi sur le centre d’entrainement de l’USAP qui pourrait voir le jour ailleurs qu’à Perpignan (à Saint-Cyprien ou Cabestany), François Rivière s’est montré là très évasif. « Ce va se faire mais je vous en parlerai le mois prochain, après la finale de Pro D2 ». Un cabinet d’experts travaille en ce moment sur le dossier et examine les différentes candidatures. 

Concernant le recrutement, en cas de remontée en Top 14, le président de l’USAP dit vouloir faire « signer entre cinq et sept joueurs supplémentaires ». A propos du capitaine sang et or, Lifeimi Mafi, en fin de contrat et qui fêtera ses 36 ans cet été, François Rivière parle « d’un joueur qui a toute sa place à l’USAP. Ça dépend de lui ».

Enfin, à deux ans des élections municipales à Perpignan, François Rivière a été catégorique : « J’ai dit que je ne ferai plus de politique. A chaque élection, mon nom revient : ai-je été candidat ces dernières années aux cantonales ou aux législatives ? ». En 2009, il avait été candidat divers-droite à la mairie de Perpignan.