Santé – Sciences

Frédéric Barbier se fâche et veut trouver du travail aux ex-salariés de la clinique de Montbéliard

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard mardi 12 janvier 2016 à 19:19

Frédéric Barbier, député socialiste du Doubs.
Frédéric Barbier, député socialiste du Doubs. © Maxppp - -

Frédéric Barbier, le député PS du Doubs, participait à une des réunions de la cellule de reclassement des 104 anciens salariés de la clinique privée de Montbéliard, ce lundi. Pour le parlementaire, on ne leur fait clairement pas assez de propositions.

Cela fait deux mois maintenant que les salariés de la clinique privée de Montbéliard ont reçu leur lettre de licenciement. L'établissement a fermé fin octobre et deux semaines plus tard, les 104 salariés se retrouvaient au chômage. Ce lundi, ils ont participé, avec le député socialiste, à une des réunions de la cellule de reclassement. Mais cela ne va pas assez vite pour Frédéric Barbier.

A peine 10 personnes ont retrouvé du travail

Effectivement, un coup de téléphone aux anciens représentants du personnel de l'établissement et les comptes sont vite faits : sur les 104 ex salariés, neuf ont été repris par Pierre Mercier, le patron de la clinique de la Miotte à Belfort. Certains en CDI mais d'autres en CDD. Et trois autres personnes travaillent maintenant à l'hôpital de Montbéliard, mais là aussi avec un statut précaire puisqu'ils vont devoir passer les concours de la fonction publique. Il faut aussi enlever de la liste aussi certains autres salariés qui réfléchissent sérieusement, eux, à des reconversions professionnelles pour tourner la page, mais pour les autres, pour l'instant, il n'y a rien à l'horizon.

Du travail pour eux avec la future nouvelle clinique

Le néant, et c'est très grave pour Frédéric Barbier qui a peur de perdre des gens formés et expérimentés, alors qu'on aura très bientôt besoin d'eux. Il y a une vraie demande de soins privés dans le pays de Montbéliard affirme le député. "Nous aurons besoin d’eux dès que nous aurons développé un nouveau projet de soins privés et il faut que l’ensemble des établissements, des directions se mobilisent. Je pense d’abord à l’hôpital de Montbéliard mais aussi les hôpitaux proches de nous, les autres cliniques de la région doivent offrir un travail à ce personnel pour qu’il reste dans l’emploi, qu’il garde son niveau de compétence et puisse revenir alimenter un nouvel établissement qui sera créé."

F. Barbier: "le personnel de la clinique ne doit pas partir, on a besoin d'eux."

Concernant ce futur établissement de soin privé dans le pays de Montbéliard, une grande réunion est prévue justement ce lundi 18 janvier à la préfecture de Besançon pour en parler. Les parlementaires du Doubs, les élus du pays de Montbéliard, l'ARS et le directeur de l'hôpital Nord Franche-Comté seront tous autour de la table.

Partager sur :