Économie – Social

Frédéric Weber, FO Florange : "la visite de François Hollande : un florilège de contre-vérités"

Par Rachel Noel, France Bleu Lorraine Nord mardi 18 octobre 2016 à 9:17

Frédéric Weber, délégué FO Arcelormittal Florange
Frédéric Weber, délégué FO Arcelormittal Florange © Radio France - Rachel Noel

François Hollande était lundi 17 octobre sur le site d'Arcelomittal à Florange. Il a rencontré une partie des syndicats, mais pas Force Ouvrière pour qui c'est un non évènement.

A Force Ouvrière on a choisi lundi 17 octobre, de ne pas manifester, et de ne pas rencontrer le président de la République, qui était en visite en Moselle, notamment sur le site d'Arcelormittal à Florange.

Hier c’était plus belle la vie à Florange

Frédéric Weber, délégué FO à Arcelormittal Florange, est choqué par les discours entendu hier. Ils ne reflètent pas la vérité : "La venue du président ça rappelle quand même des souvenirs assez douloureux et puis hier on a quand même eu droit à un florilège de contre-vérités"

Le syndicaliste rappelle qu’il y a eu 1.000 emplois de supprimés sur le site en 5 ans entre ArcelorMittal et Gépor, sans compter les sous-traitants. Insupportable pour lui, d’entendre ressasser le chiffre de 629 reclassements.

Les salariés ne souhaitaient pas le retour de François Hollande

Le syndicat a fait un sondage auprès des salariés sur le retour de François Hollande et de son bilan sur le site d'arcelormittal Florange. 207 personnes ont répondu.

  • 82% considèrent que c’est une trahison, et qu’il ne doit pas revenir
  • 5 % considèrent que c’est une réussite, il doit revenir et
  • 13% ne se sont pas prononcés.

Pour Frédéric Weber, ces chiffres parlent d’eux même "Si lui, il est persuadé que 90% des salariés et 90 % des français considèrent que c’est une réussite, il peut se présenter en 2017. Le problème c’est qu’il reste arc bouté sur sa vérité et celle de son clan, qui se heurte à l’esprit de la majorité silencieuse des français et des salariés d’Arcelormittal".

Concernant l’inauguration du centre de recherche de Metafensch à Uckange, le délégué FO considère que l’on en a trop fait vu le niveau de l’équipement. Il s’agit d’un centre où travaille une dizaine de personnes comparé au centre de recherche d’Arcelormittal à Maizières les Metz, où il y a 400 chercheurs.

"Pour moi l’inauguration de Metafensch, c’était du niveau d’un conseil régional et pas d’un président de la République. Si il veut aller inaugurer toutes les supérettes dans la Meuse, il peut, c’est positif, mais on n’attend pas ça d’un président de la République"

Le syndicat FO d'Arcelormittal Florange espère surtout que la direction va remplacer les départs en retraite prévus dans les années qui viennent.

A réécouter : Frédéric Weber, délégue FO à Arcelormittal Florange

Partager sur :