Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fusion Alstom-Siemens : Bruno Le Maire essaye de rassurer les salariés du Valenciennois

vendredi 29 septembre 2017 à 19:43 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Nord et France Bleu

Le ministre de l'Economie et des Finances a rendu visite aux salariés d'Alstom à Petite-Forêt ce vendredi. Bruno Le Maire essaye de rassurer les salariés après la fusion du groupe français avec l'allemand Siemens.

Le ministre Bruno Le Maire avec les salariés d'Alstom à Petite-Forêt
Le ministre Bruno Le Maire avec les salariés d'Alstom à Petite-Forêt © Radio France - Jeanne marie Marco

Petite-Forêt, France

Le ministre de l'Economie et des Finances est venu rassurer les salariés d'Alstom à Petite-Forêt ce vendredi matin. Bruno Le Maire assure que la fusion des deux groupes n’entraînera aucune suppression d'emploi et il annonce la création d'un comité national de suivi qu'il présidera. 1.200 salariés travaillent chez Alstom dans le valenciennois.

"Pas de casse sociale"

"Il n'est pas question de casse sociale" a assuré Bruno Le Maire ce vendredi matin dans le valenciennois " au contraire, il est question de développer Alstom". Le ministre assure qu'aucun emploi ne sera supprimé d'ici cinq ans et qu'aucun site Alstom français ne fermera. Le ministre est persuadé que cette fusion est essentielle pour l'économie française et essentielle pour contrer le géant chinois.

Le ministre Bruno Le Maire accompagné notamment par le maire de Valenciennes Laurent Degallaix - Radio France
Le ministre Bruno Le Maire accompagné notamment par le maire de Valenciennes Laurent Degallaix © Radio France - Jeanne Marie Marco

A LIRE AUSSI : L'inquiétude des salariés de Belfort après l'alliance d'Alstom et Siemens

Un comité national de suivi

Bruno Le Maire a annoncé ce vendredi la création d'un comité national de suivi qu'il présidera " Je pense que c'est une garantie forte pour les salariés que de savoir que le ministre de l'Economie et des Finances s'engage personnellement à suivre les engagements de Siemens vis à vis de l'emploi, du développement de l'emploi et des sites en France [...] je crois à cette fusion, je pense qu'elle est bonne pour le pays donc j'assume toutes mes responsabilités".

Je prends mes responsabilités parce que je crois à cette fusion — Bruno Le Maire

Ce comité de suivi associant les représentants des salariés et des entreprises se réunira chaque année pendant quatre ans.

RÉACTION I Bruno Le Maire annonce la création d'un comité national de suivi

Les syndicats toujours inquiets

La CGT et Force ouvrière ne sont pas rassurés par le discours du ministre. Samir Dardari, secrétaire adjoint à la CGT est simplement rassuré par l'annonce de ce comité de suivi "c'est le seul engagement qui est intéressant, on sait qu'on va pouvoir exprimer nos inquiétudes". Force ouvrière attend de connaître les détails de la fusion avant de se réjouir pour le maintien de l'emploi.

Des tensions ont eu lieu quelques minutes avant l'arrivée du ministre à Petite-Forêt. Une trentaine de manifestants de la CGT et de Solidaires ont été tenus à l'écart par la police.