Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Fusion des régions : quelles économies en deux ans ?

mardi 30 octobre 2018 à 5:01 Par Faustine Mauerhan, France Bleu

Bientôt trois ans après la fusion des régions, l’Ifrap, fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques, s’est penchée sur les comptes des collectivités. L’objectif affiché d’économies est-il atteint ? Réponse dans le palmarès publié ce mardi.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp -

C’était l’une des grandes révolutions annoncées du quinquennat de François Hollande. La réforme territoriale fêtera ses trois ans le 1er janvier 2019. Trois années que nous sommes passés de 22 à 13 grandes régions pour rationaliser les dépenses et faire des économies. Mais qu’en est-il vraiment ? L’Ifrap, fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques a cherché à le savoir. Ce think tank, sorte de groupe de réflexion, a décortiqué les lignes budgétaires des nouvelles grandes collectivités pour tenter une comparaison entre 2016 et 2017.

Des économies possible puisqu’une région le fait

Premier enseignement, les dépenses totales des régions (dépenses d’investissement et de fonctionnement), au lieu de baisser comme l’annonçait la réforme territoriale, ont augmenté… De 2,6 milliards d’euros même. Mais cela s’explique par le transfert de plusieurs compétences. Avec la fusion, les régions ont récupéré certaines missions gérées jusque-là par les départements. La principale étant le transport scolaire et interurbain. Ainsi, en comparant ce qui est comparable et en enlevant les frais liés à la compétence transport, les dépenses globales des régions françaises (hors Corse également) ont augmenté « seulement » de 655 millions d’euros. Une région pourtant, parvient à faire baisser ses dépenses totales. C’est l’Île-de-France. Elle a dépensé 4 263 706 552 euros en 2017, soit plus de 25 millions d’euros de moins qu’en 2016. Aucune autre région ne réussit à contenir son budget. 

Quelles régions ont augmenté ou baissé leurs dépenses ? - Visactu
Quelles régions ont augmenté ou baissé leurs dépenses ? © Visactu -

Des bonnes nouvelles du côté des dépenses de fonctionnement 

Mais ce sont les dépenses de fonctionnement qu’il faut étudier pour une comparaison plus juste. Elles ont progressé de 1,9 milliard d’euros en 2017 mais ont diminué de 45 millions si on retire encore les dépenses liées aux nouvelles compétences comme les transports. C’est alors l’Auvergne-Rhônes-Alpes qui grimpe à la première place des régions qui ont le plus réduit leurs dépenses de fonctionnement avec une économie de plus de 378 millions d’euros, soit 205€ de dépenses par habitant. Sur le reste du podium, les Hauts-de-France prennent la deuxième place avec presque 99 millions d’euros d’économies et le Centre-Val-de-Loire est troisième (-44 851 790 M€). A l’autre bout du classement, l’Occitanie est le bonnet d’âne avec une augmentation de 272 millions d’euros de ses dépenses de fonctionnement en un an.

Comparaison 2016-2017 des dépenses de fonctionnement des régions hors transferts de compétences. - Aucun(e)
Comparaison 2016-2017 des dépenses de fonctionnement des régions hors transferts de compétences. - Ifrap