Économie – Social

Fusion GE-Alstom : Alain Ogor soulagé mais déçu

Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard mercredi 9 septembre 2015 à 11:06

Alain Ogor, délégué CFDT Alstom Energie à Belfort
Alain Ogor, délégué CFDT Alstom Energie à Belfort © Radio France - Thierry Campredon

La commission européenne a officialisé le rachat de la branche énergie d'Alstom par GE, mais la CFDT s'inquiète de possibles suppressions de postes en raison des doublons entre les deux entreprises.

_"Ce rachat est une bonne chose,  mais c'est encore une entreprise française qui part à l'étranger" . _Alain Ogor, le délégué CFDT d'Alstom Energie à Belfort est plutôt fataliste après l'officialisation du mariage entre Alstom et GE.  Il regrette les erreurs stratégiques de l'entreprise française qui ont conduit au rachat de l'entreprise par un grand groupe américain.

"Nous avons des craintes pour l'emploi à Belfort"

Mais pour Alain Ogor, c'est l'emploi qui suscite les plus vives inquiétudes. _"Nous avons des services communs avec GE comme par exemple le service comptabilité finances, et forcément il y aura des doublons, ce qui inquiète fortement les salariés". _Si pour l'instant aucun chiffre n'est avancé, la CFDT attend des réponses précises lors des prochaines réunions avec la nouvelle équipe dirigeante.  

"L'avenir de la branche transport est très incertain"

Si aujourd'hui tous les projecteurs sont braqués sur la branche énergie d'Alstom, Alain Ogor n'oublie pas pour autant l'activité transport : "la filiale transport est désormais isolée chez Alstom, et comme l'activité est très faible, on peut nourrir la plus grande inquiétude pour l'avenir d'autant qu'à Belfort 300 postes devraient être prochainement supprimé, soit la moitié des effectifs"   

Alain Ogor, délégué CFDT Alstom Energie à Belfort