Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Fusion PSA-Fiat Chrysler: "Nous ne sommes pas inquiets pour l'emploi à Sochaux" assure Force Ouvrière

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Eric Peultier, représentent Force Ouvrière (FO) chez PSA Sochaux est revenu pour France Bleu Belfort Montbéliard sur l'accord du fusion entre PSA et Fiat Chrysler signé ce mercredi 18 décembre. Selon lui, cet accord est une bonne nouvelle pour le site de Sochaux.

Eric Peultier, représentant Force Ouvrière chez PSA Sochaux
Eric Peultier, représentant Force Ouvrière chez PSA Sochaux © Radio France - Sarah Vildeuil

C'est désormais le 4e plus grand groupe automobile du monde: PSA et Fiat-Chrysler ont signé un accord de fusion ce mercredi 18 décembre en vue de leur mariage.  A eux deux, ils vont peser lourd sur la scène internationale:  plus de 400.000 salariés, 170 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 8,7 millions de véhicules par an sous les marques Peugeot, Fiat, Chrysler, Citroën, ou encore Opel. Pour Eric Peultier, représentant FO chez PSA Sochaux, "c'est un beau mariage, une belle fusion. Cela permettra d'avoir beaucoup de véhicules à vendre sur les différents continents. Fiat est présent en Amérique du Sud, nous on y est peu. On a Jeep et Chrysler aux USA, donc c'est une belle opportunité pour le groupe."

Objectif: plus de 500.000 véhicules à Sochaux 

"On est prêt à accueillir une Fiat sur les chaînes de montage à Sochaux, assure Eric Peultier. L'intérêt d'avoir des véhicules différents c'est d'avoir du travail et de permettre de faire tourner les lignes"

Une Fiat à Sochaux ? FO dit banco. 

D'ailleurs l'Etat français - actionnaire à 12% de PSA- assure qu'il va veiller au maintien de l'emploi sur le site de Sochaux. "Nous ne sommes pas inquiets pour l'emploi parce que selon les prévisions, le volume de production moyen annoncé en France est de 900.000 véhicules. Or le site de Sochaux a dépassé l'an dernier la barre des 500.000. Je ne vais pas faire un scoop mais je pense que cette année on va être aussi au-delà des 500.000. Notre petit doigt nous dit que pour les années à venir, sur ces 900.000 on pourrait en  produire à peu près la moitié. "

C'est donc un bon signe pour le site de Sochaux. Cette fusion devrait donc apporter encore du positif deux ans après le rachat d'Opel en 2017. "Sur le site de Sochaux , ça a permis notamment  de garder une équipe de nuit. Donc je dirais beaucoup de travail sur le site de Sochaux. Donc l'arrivée d'Opel a ramené de l'emploi à Sochaux."

L'entrée de l'usine PSA à Sochaux.  - Radio France
L'entrée de l'usine PSA à Sochaux. © Radio France - Sébastien Baer

La future usine de batterie électrique risque d'échapper à Sochaux

Un des enjeux pour le nouveau groupe PSA-Fiat Chrysler, c'est la mobilité durable, permettre des déplacements moins polluants pour l'environnement. Cela passe notamment  par la fabrication de véhicules hybrides, déjà produits à Sochaux. "Des véhicules électriques seront proposés sur l'ensemble de la gamme dans les mois qui viennent", indique Eric Peultier.

Le nouveau groupe s'engage à créer une filière industrielle de batteries électriques en France. Mais cette usine devrait voir le jour dans le Pas-de-Calais, un projet qui devrait générer 2.500 emplois en 2023. "Pour nous rien est fait. Nous allons interpeller Carlos Tavares - le patron du groupe PSA - pour lui dire qu'ici, dans le Nord Franche-Comté, terre historique de l'automobile, nous sommes prêts à accueillir cette industrie du futur."

Eric Peultier met en avant la présence du site de Sochaux et de Mulhouse, mais aussi celle de sites Opel en Allemagne, à côté de chez nous.  "On ne peut passer à côté de 2.500 emplois. On demande à tous les politiques du Nord Franche-Comté de s'unir et de trouver des solutions pour que PSA vienne implanter sa future industrie de batterie ici." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu