Économie – Social

Fusion Rhône-Alpes Auvergne : Jean-Jack Queyranne tend les bras à ses voisins

Par Julien Corbière, Denis Souilla et Yves Renaud, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 3 juin 2014 à 17:09

Jean-Jack Queyranne, président PS de la région Rhône-Alpes.
Jean-Jack Queyranne, président PS de la région Rhône-Alpes. © Maxppp

Jean-Jack Queyranne, le président socialiste de la région Rhône-Alpes réagit à l'annonce la fusion de sa région avec la voisine d'Auvergne. Il dit oui mais à condition de ne pas "la jouer petit bras". Il tient aussi à rassurer ses futurs partenaires.

Jean-Jack Queyranne avait d'abord exprimé certaines réserves sur l'hypothèse d'une fusion de sa région avec la voisine auvergnate. Mais après la publication de la carte par l'Elysée, le président de la région Rhône-Alpes semble convaincu. Il explique que c'est une chance pour les deux régions car la nouvelle entité Rhône-Alpes Auvergne va constituer le deuxième ensemble français en terme de population, le septième au niveau européen si on tient compte de l'impact économique.

Jean-Jacques Queyranne réagit à la fusion de Rhône-Alpes et Auvergne

papier fusion regions

**Population Rhône-Alpes : 6.393.470 habitants (2013) — 7.400.000 habitants (2040)

Population Auvergne : 1.355.630 habitants (2013) — 1.447.000 habitants (2040) ***

Le président de Rhône-Alpes veut envoyer un message rassurant en direction de ses futurs partenaires. Certains élus auvergnats se sont inquiétés, par exemple dans le Cantal, mais pour Jean-Jack Queyranne, tout le monde a sa place dans cette nouvelle région.

"Le Cantal a toute sa place dans ce grand ensemble, comme l'Allier" (Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes)

Pour Jean-Jack Queyranne, comme pour son homolgue auvergnat René Souchon, il n'y a pas de doute sur le nom de la nouvelle capitale région, ce sera Lyon, mais là aussi, il s'agit de rassurer les Auvergnats.

"Être dans une grande région, cela ne signifie pas une centralisation sur Lyon. Il y aura des sessions à Clermont-Ferrand" (Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes)

Pour le président du Conseil régional rhônalpin, cette carte n'est qu'une première étape. Il explique qu'il va veiller à ce que l'examen de la loi au Parlement, notamment au Sénat, ne modifie pas trop le plan du gouvernement. Il ne faut pas, selon lui, différer la disparition des conseils généraux.

Rhône-Alpes et Auvergne : quelles différences ? - Radio France
Rhône-Alpes et Auvergne : quelles différences ? © Radio France - Denis Souilla

Partager sur :