Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le G7 à Biarritz

G7 à Biarritz : 15 000 personnes à héberger en pleine haute saison touristique

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le G7 se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août. Le sommet diplomatique va attirer quelque 15 000 personnes. Comment s'organise l'hébergement de tous ces protagonistes en haute saison touristique ? Les hôtels affichent complet. Des campings et des internats ont été sollicités.

L'hôtel du Palais de Biarritz
L'hôtel du Palais de Biarritz © Radio France - Valérie Menut

Biarritz, France

Des chefs d'Etat, des diplomates, des représentants d'ONG, des agents de sécurité rapprochée, des techniciens, des journalistes, des forces de l'ordre, ce sont quelque 15 000 personnes qui sont attendues pour le G7 à Biarritz fin août. Le sommet diplomatique se tiendra du 24 au 26 août, mais certains protagonistes seront là bien avant. Et il va donc falloir loger tout ce monde.

Pour héberger les chefs d'Etat de la France, de l'Allemagne, du Royaume Uni, de l'Italie, des Etats-Unis, du Canada et du Japon et leurs délégations, mais aussi celles de l'Union Européenne, de pays invités, et des représentants d'ONG (organisations non gouvernementales), on estime qu'il faudra 2 500 chambres, sur Biarritz, au plus près du sommet. Et pour encadrer ces chefs d'Etat et personnalités, un dispositif de sécurité conséquent est exigé. Il faut également installer des moyens techniques pour la tenue de ce sommet. Garde rapprochée, techniciens, monteurs, aménageurs, représentent environ 1 200 chambres à réserver. Par ailleurs, ce G7 devrait attirer 3 500  journalistes, photographes, caméramen et preneurs de son du monde entier. 

Une capacité hôtelière insuffisante

Les médias seront là du 23 au 27 août, tout comme les délégations officielles. En revanche, les effectifs de sécurité arriveront plus tôt, majoritairement à partir du 17 août, ainsi que les équipes techniques. Au total, ce sont plus de 7 000 chambres qui sont nécessaires pour ces délégations. Or le Pays basque nord tout entier ne dispose "que" d'une capacité hôtelière de 5 258 chambres (du non classé au 5 étoiles avec notamment 7 hôtels 5 étoiles, pour une offre de 442 chambres, 29 hôtels 4 étoiles pour 1 419 chambres *). Tous les hôtels ont donc été contactés par une agence mandatée par le Gouvernement, pour disposer des chambres les trois nuits de la tenue du sommet, mais comme ce n'est pas suffisant, des établissement jusqu'à Pau ont également été approchés. 

Les hôteliers biarrots dans les zones sécurisée (bleue) et ultra-sécurisée (rouge) doivent s'organiser.

Les contrats avec les hôteliers sont en cours d'élaboration. Des délégations sont venues effectuer des repérages, mais dans leur grande majorité, les hôteliers ne savent pas encore qui ils vont héberger. "Il y aura des contraintes normales de sécurité pendant trois jours. Ce sera compliqué, mais il faut voir le côté positif : l'aura extraordinaire que la ville de Biarritz et le Pays basque vont avoir sur le monde entier. C'est une campagne médiatique que personne n'aurait pu se payer !" se réjouit Jean-Pierre Istre, président de l'Umih Pays basque (l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie). 

Ecoutez l'interview de Jean-Pierre Istre, président de l'Umih Pays basque

Des campings et des internats

Il n'y a pas que les hôtels qui auront une clientèle particulière ce mois d'août. Les campings aussi sont concernés. Ils seront nombreux à accueillir les forces de l'ordre (policiers, CRS, gendarmes, militaires) mobilisées pour sécuriser un secteur plus large. Certains campings seront entièrement réservés, d'autres partiellement, sur des périodes variables (cela peut être tout le mois d'août). Et pour être au plus près de la tenue du sommet, des internats sur la côte ont aussi été réservés pour héberger des membres des forces de l'ordre.

"La cohabitation entre vacanciers au bord de la piscine et les forces de l'ordre peut être curieuse" Loïc Peron, président du syndicat de l'hôtellerie en plein air 64 et propriétaire d'un camping à Bidart.

* source : agence d'attractivité et de développement touristiques Béarn Pyrénées Pays basque.