Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le gouvernement confirme la baisse de 6,7% des tarifs réglementés du gaz en juillet

-
Par , France Bleu

Le gouvernement souhaite baisser les tarifs réglementés du gaz de 6,7% en juillet confirme le ministère de la Transition écologique et solidaire ce vendredi après la publication d'informations dans la presse. Près de 4,5 millions de foyers sont concernés.

Le gouvernement souhaite baisser les tarifs réglementés du gaz de 6,7% en juillet 2019
Le gouvernement souhaite baisser les tarifs réglementés du gaz de 6,7% en juillet 2019 © Maxppp - Vincent Isore

Les tarifs réglementés du gaz devraient baisser de 6,7 % le 1er juillet prochain confirme ce vendredi soir le ministère de la Transition écologique et solidaire après la publication d'un article dans le journal Les Echos. Le projet d'arrêté prévoit également pour le second semestre "une baisse de 0,4% en août, une stabilité en septembre et une nouvelle baisse de 0,5% en octobre", avant une remontée des tarifs en novembre (+2,2%) et en décembre (+1,3%), selon le quotidien économique. Près de 4,5 millions de foyers sont concernés.

Baisse des cours mondiaux et demande moins importante

Les tarifs réglementés d'Engie varient habituellement d'un mois sur l'autre en fonction des coûts liés aux approvisionnements en gaz, aux infrastructures et à la commercialisation ainsi qu'à diverses taxes. "Il y a de plus en plus de volume de gaz en circulation (surtout du gaz naturel liquéfié)" a précisé Engie à l'AFP, "et la demande a été un peu moins importante en raison d'un hiver plus clément. Ces deux facteurs conjugués sont à l'origine de cette baisse des tarifs."

Sous la pression des "gilets jaunes", le gouvernement avait déjà demandé au groupe énergétique de lisser les prix pour le premier semestre afin de garantir qu'ils n'augmenteraient pas. 

Avant d'être publié, le projet d'arrêté du gouvernement doit encore recevoir un avis du Conseil supérieur de l'énergie (CSE) et de la Commission de régulation de l'énergie (CRE).