Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

GE Hydro à Belfort : la fermeture du site confirmée

-
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les syndicats et la direction de la branche Hydro de General Electric ont trouvé un accord sur le plan social annoncé en septembre dernier. Le site de Belfort, qui s'occupe des alternateurs pour les barrages hydrauliques, va bien fermer. 50 postes seront supprimés, au lieu de 61.

Des salariés de General Electric à Belfort déploient des banderoles contre le plan social (photo d'illustration).
Des salariés de General Electric à Belfort déploient des banderoles contre le plan social (photo d'illustration). © Radio France - Marie-Coralie Fournier

Les syndicats de GE Hydro et la direction sont arrivés ce lundi 8 février à un accord qui acte la fermeture du site, avec un plan social moins important que prévu. Cette branche de General Electric s'occupe des alternateurs sur les centrales hydrauliques.  

Au lieu des 61 suppressions de postes prévues à Belfort, il y en aura finalement 50. C'est donc 33 postes qui sont préservés, mais pas à Belfort. Ils sont tous transférés vers le site de Grenoble, mais ceux qui le veulent pourront télétravailler depuis le Nord Franche-Comté. Ils ne seront pas obligés de déménager, mais devront se retrouver régulièrement dans un espace de co-working, un espace de travail partagé. 

En ce qui concerne les licenciements, la direction indique qu'il y aura des mesures "d'accompagnement ciblées", sans plus de précisions pour le moment. 

La fin de 130 ans d'histoire industrielle

Les syndicats belfortains auraient aimé préserver un minimum d'activité avec le soutien de General Electric, après 130 ans d'histoire industrielle. Le groupe américain a refusé selon eux. Une dizaine de salariés ont donc décidé de créer une entreprise qui s'occupera des alternateurs pour les centrales hydrauliques, pour que cette activité "stratégique" puisse rester en France, expliquent-t-ils.

Les salariés de Steam Power en assemblée générale ce mardi

Par ailleurs, une centaine de salariés de Steam Power se sont rassemblés ce mardi matin devant le site de Cravanche, pour une assemblée générale organisée par les syndicats.  Les salariés ont appris en fin d'année que 240 postes allaient être supprimés, dans cette branche de General Electric qui fabrique des turbines et alternateurs pour les centrales nucléaires et centrales à charbon. Les syndicats ont tenté de remobiliser et d'informer les salariés, mais beaucoup de questions portaient sur les modalités de départ.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess