Économie – Social

Gel des vignobles du Jura : "Toute la profession vit un drame. C'est un deuil pour les familles de viticulteurs"

Par Fany Boucaud et France Bleu Besançon, France Bleu Besançon vendredi 21 avril 2017 à 12:49

Le gel a détruit plus de la moitié de certaines futures récoltes dans le Jura
Le gel a détruit plus de la moitié de certaines futures récoltes dans le Jura © Maxppp - Collection Watier

C'est une véritable catastrophe pour le vignoble du Jura. 100% des vignes ont été touchées par le gel ces trois dernières nuits. Nicolas Caire, le président de la société de viticulture du Jura est très inquiet sur cette situation : "Je crains des faillites voire des suicides".

Après plusieurs nuits de gel, les viticulteurs retrouvent leurs vignes détruites en grande partie. Une situation très critique pour ces vignerons qui n'ont souvent que cette activité comme ressource."Toute la profession vit un drame" analyse Nicolas Caire, le président de la société de viticulture du Jura "Ce sont plus de 200 familles qui travaillent dans ce milieu ici. En général, ce sont tous les membres qui aident dans l'exploitation."

"C'est quasiment un deuil" Nicolas Caire, président de la société de viticulture du Jura

Les bourgeons ont brulé avec le gel sur certaines parcelles de Nicolas Caire, vigneron et président de la Société de Viticulture du Jura - Aucun(e)
Les bourgeons ont brulé avec le gel sur certaines parcelles de Nicolas Caire, vigneron et président de la Société de Viticulture du Jura - Nicolas Caire

Il y a tellement de dégâts sur les parcelles que certains vignerons ne vont même pas aller vendanger selon Nicolas Caire : "Il y a vraiment des parcelles où plus rien n'a survécu." Ce sont surtout les cépages précoces, comme le Chardonnay qui sont concernés. Certains autres cépages ont un peu plus résisté comme le Savagnin : "Il était un peu moins en avance donc moins touché par le gel. Comme le Poulsard dans certains endroits, ça va un petit mieux mais ça sera des toutes petites récoltes".

Économiquement, ça sera très difficile pour les vignerons, confirme le président. Il redoute les prochaines températures. Ce n'est malheureusement pas la première fois. Il a déjà vécu une période de gel difficile, en avril 1991. La moyenne des productions dans le Jura était de 5 hectolitres à l'hectare, donc 500 litres de vin. C'est 10 ou 15 fois moins qu'une année de récolte normale.

"J'ai très peur de drames, des suicides de vignerons qui ne s'en sortiront peut-être pas" Nicolas Caire

"Depuis 4 ou 5 ans, c'est la soupe à la grimace, regrette Nicolas Caire. Entre les pluies et les maladies qui attaquent les vignes et les raisins dans des secteurs où les vignerons n'ont presque rien récolté non plus, ça va devenir vraiment dur pour la profession." Les vignerons peuvent s'assurer pour la grêle et le gel mais cela coûte très cher, près de 20.000 euros . Tous les vignerons ne peuvent pas dépenser autant, selon Nicolas Caire.

Le président de la société de viticulture du Jura espère que tout le monde va prendre ses responsabilités. Il a prévu de rencontrer les banques, la mutualité sociale agricole et les services de l'Etat. Quoiqu'il en soit, la récolte 2017 sera mauvaise à Arbois. Les viticulteurs s'attendent à vendanger cinq fois moins de raisins que d'habitude.