Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

General Electric à Belfort : blocage total du site GE Steam Power, des conséquences pour Alstom Transport

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le blocage total du site GE Steam Power de Belfort se poursuit ce mercredi pour le deuxième jour consécutif, à l'appel de la CGT. Le mouvement, qui porte sur les salaires, a également des conséquences sur l'activité du site Alstom Transport, situé à proximité.

Blocage total du site pour le deuxième jour consécutif.
Blocage total du site pour le deuxième jour consécutif. © Radio France - Wassila Guitoune

Le mouvement se durcit chez GE Steam Power à Belfort. Depuis ce mardi matin, et pour le deuxième jour consécutif, une partie des ouvriers bloque avec des palettes, les trois entrées du site situées avenue des trois chênes et rue de la découverte, dans le cadre des négociations annuelles sur les salaires (NAO), a pu constater sur place une journaliste de France Bleu Belfort Montbéliard.

Embauche des intérimaires et prime de 1.000 euros

Depuis quinze jours déjà, des débrayages étaient régulièrement organisés à l'appel de la CGT, mais le site n'avait jamais été totalement bloqué. La direction a notamment proposé une augmentation de 0,23 centimes sur la prime panier des ouvriers (la pause déjeuner), contre 0,07 centimes jusqu'à présent. Une proposition rejetée par le syndicat.

Réunis en assemblée générale ce mercredi après-midi, les ouvriers ont réclamé "l'embauche des intérimaires et des apprentis qui le souhaitent, une prime d'un montant de 1.000 euros, ainsi qu'une revalorisation de 1% des salaires". Une nouvelle réunion doit avoir lieu d'ici la fin de journée avec la direction. Le site GE Gas est également touché par le blocage.

Les camions ne peuvent plus rentrer sur le site.
Les camions ne peuvent plus rentrer sur le site. © Radio France - Wassila Guitoune

Problèmes d'approvisionnements chez Alstom

Conséquence de ce mouvement social chez GE Steam Power : l'activité du site Alstom Transport, situé sur la même emprise, où sont conçues et assemblées les motrices de TGV, était totalement paralysée ce mercredi. "Toutes les entrées sont bloquées, aucun camion ne peut rentrer, ce qui impacte nos fournisseurs et nos clients", indique-t-on chez Alstom Transport.

Une partie des ouvriers d'Alstom se sont également joints ce mercredi au mouvement des salariés de GE Steam Power pour réclamer "des garanties sur la pérennité de (leur) outil de travail de production et des augmentations de salaire justifiées par la travail et l'engagement des salariées", selon un tract de la CGT.

Nombreuses restructurations en cours

L'entité GE Steam Power de Belfort, spécialisée dans les turbines pour centrales nucléaires et à charbon, est par ailleurs touchée par un plan de suppression de 240 postes, sur 1.800 salariés.

Les activités Grid (réseaux électriques) et Hydro (pièces pour centrales hydroélectriques) de General Electric à Belfort sont également concernées par d'autres plans de restructuration, touchant environ 700 postes au total. 485 suppressions de postes avaient déjà été annoncées en 2019 dans l'activité Gas (centrales au gaz).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess